Le Grand Conseil soutient l'HNe

Les investissements sur le site de La Chaux-de-Fonds sont bel et bien gelés. Zoom sur « Les investissements sur le site de La Chaux-de-Fonds sont bel et bien gelés. » (touche ESC pour fermer)
Les investissements sur le site de La Chaux-de-Fonds sont bel et bien gelés.

Etape charnière dans le dossier hospitalier neuchâtelois.

Le Grand Conseil a accepté mardi de revenir sur certaines options stratégiques validées en 2012 par 75 voix contre 26 et huit abstentions. Ces options ne concernent pas celles acceptées par le peuple en votation populaire. Les députés ont également approuvé, par 83 voix contre 17 et neuf abstentions, un projet de loi portant modification de la loi sur l'Etablissement hospitalier multisite cantonal (LEHM).

Il s’agit de regrouper les soins intensifs sur le site de Pourtalès à Neuchâtel, de centraliser les centres de traitement et de réadaptation sur deux sites, Val-de-Ruz et Le Locle, au lieu des quatre et de fermer la policlinique du Val-de-Travers pendant la nuit. Les investissements de l’ordre de 35 millions de francs prévus sur le site chaux-de-fonniers vont également être gelés. Mais pas abandonnés.

Ces décisions ne portent pas encore sur la stratégie hospitalière à long terme. Elle fera l’objet d’un rapport dans le courant de l’été 2016.

 

Deux visions de la Commission santé

Les députés ont soutenu la position de la majorité de la Commission santé du Grand Conseil. Ils estiment que même si un nouveau rapport doit leur être soumis, les décisions prises ce mardi sont nécessaires en raison des risques sanitaires, de la Loi sur le travail qui ne permet pas de faire des horaires de 12h et de la pénurie de personnel qualifié. Pour Baptiste Hurni, président de la commission, « ce rapport apporte une réponse crédible et cohérente à l’urgence ».

Pour la minorité de la commission et des députés, composée essentiellement d'élus du haut et de membres du groupe PopVertSol, il faut en revanche se hâter lentement pour ne pas détruire les hôpitaux neuchâtelois. Et de se demander pourquoi inscrire dans le marbre la centralisation d’un site de soins aigus à Pourtalès alors que le rapport complet n’est pas encore sous toit. Pour certains, cela démontre que le Conseil d’Etat a déjà fait ses choix quant à la future planification hospitalière dans le canton. Faux, répond Laurent Kurth. Le conseiller d’Etat en charge de la santé l’a rappelé à plusieurs reprises : rien n’est encore décidé. Et le Grand Conseil aura le dernier mot. /sma

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.