Développer La Robella

Le télésiège de La Robella, à Buttes. Zoom sur « Le télésiège de La Robella, à Buttes. » (touche ESC pour fermer)
Le télésiège de La Robella, à Buttes.

Il faut développer le site de La Robella plutôt que de le fermer. C’est la conclusion à laquelle est arrivé le Conseil communal de Val-de-Travers en s’appuyant sur trois études. Il soumet un nouveau rapport au Conseil général lundi 9 novembre.

 

Côté financier

Face aux problèmes financiers rencontrés par la coopérative Télésiège Buttes-La Robella et téléskis Chasseron Nord (TBRC), le législatif avait accordé à La Robella début 2014 un sursis de deux ans assorti d’une obligation de démontrer sa viabilité. Le Conseil communal propose maintenant d’augmenter la subvention annuelle pour que les conditions-cadres permettent le développement de l’ensemble du site touristique dont le potentiel est confirmé. De 20 francs par année et par habitant, l’apport communal passerait à 32 francs. L’exécutif pensait d’abord inscrire cette augmentation au budget de fonctionnement. Il a finalement décidé de présenter un amendement pour que les 130'000 francs annuels d’augmentation soient prélevés jusqu’en 2019 dans le crédit-cadre de mise en œuvre du contrat-région. Ce crédit-cadre a déjà été voté, le Conseil communal évite ainsi de plomber le budget 2016 qui s’annonce déficitaire.

 

Côté activités

Un groupe de travail baptisé Avenir Robella s’était créé pour réfléchir au futur du site. Il était composé de représentants des milieux politique, économique, touristique et sportif. Ce groupe proposait de réaliser des investissements lourds : l’extension de la ligne du télésiège jusqu’au Crêt-de-la-Neige, le remplacement du télésiège par une télécabine et l’installation de tyroliennes sur le haut du site jusqu’à Buttes. Ces options sont mises de côté pour l’instant. L’entreprise Goût et Région, qui a repris cette année la gestion du site en été, envisage la création de nouvelles pistes de descente à vélo et la location de VTT électriques. Elle compte sur les groupes, les Suisses-Allemands, les Vaudois et les Fribourgeois pour augmenter la fréquentation. La création d’un véritable parc de loisirs au bas du site est aussi une option, avec minigolf, tir à l’arc, tour de cordes et slackline.

Le bilan de l’été 2015 est plutôt bon, alors que les responsables de l’entreprise n’ont eu qu’un mois pour se préparer avant de prendre les commandes. Ils sont optimistes pour l’année prochaine, comptant sur la promotion programmée pour les mois à venir. /msa

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.