Plus les chirurgiens bavardent, plus le risque d’infection est important

Trop de blabla lors d’une opération chirurgicale représente un risque d’infection supplémentaire pour le patient. C’est une des conclusions de l’étude menée par l’Université de Neuchâtel et l’Hôpital de l’Île à Berne. La recherche montre aussi que la communication au sein d’une équipe chirurgicale est extrêmement importante.

Lorsque les échanges portent sur des sujets informels, la conversation  génère des risques pour le patient. Mais ces discussions privées restent minoritaires. La professeure Franziska Tschan, de l’Institut de psychologie du travail et des organisations, a observé que les bavardages se tiennent généralement en fin d’intervention, au moment de recoudre le patient.

Au contraire, une communication uniquement liée à l’opération entraîne moins d’infections. Mais un peu de discussion informelle est utile afin d’établir un bon climat entre les membres de l’équipe.

Les chercheurs font des parallèles avec d’autres domaines. L’alpinisme par exemple : lorsque la cordée a atteint le sommet, la tension se relâche et c’est souvent à la descente, lors du retour en cabane, que se produit l’accident.

L’étude montre que les infections au niveau de l’abdomen sont fréquentes après une opération, dans près de 14% des cas. Elles ont pour conséquence des séjours prolongés à l’hôpital et une augmentation des coûts. /aju

Partager
Link

Galerie photos liée

01.11.2014
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.