Metalor soupçonnée d'acheter de l'or illégal

L’or extrait illégalement au Pérou continue d’arriver en Suisse.

Dans une enquête publiée mercredi matin, la Société suisse pour les peuples menacés accuse notamment l’entreprise neuchâteloise Metalor de se fournir auprès d’entreprises douteuses.

Il y a un an, Metalor s’est vu décerner le label Fairminded, qui assure la traçabilité complète de l’or d’un bout à l’autre de la filière. Une information que ne réfute pas l’ONG, mais elle estime que l’or labélisé ne représente que 1 à 2% de l'or utilisé par l’entreprise neuchâteloise. Pour le reste, c’est une autre paire de manches.

Metalor continuerait de se fournir en or auprès de trois sociétés qui font l’objet de poursuites pénales au Pérou. La SPM admet qu’il est très difficile de prouver qu’une société vend de l’or illégal en raison du négoce. L’or est produit, puis vendu et revendu ce qui rend sa traçabilité compliquée. Selon l’ONG, Metalor prend certaines précautions auprès de ses fournisseurs mais ne vérifie pas sérieusement que les informations fournies sont correctes.

Au Pérou, certaines sociétés ont arrêté d'exporter, mais l'or illégal continue d'être produit. L'ONG cite l'exemple de l'entreprise Minerales del Sur, fournisseur de longue date de Metalor. La société exporte bien plus d'or pour l’entreprise neuchâteloise que n'en fournit officiellement la région dans lequel il est extrait.

Nous avons tenté de joindre Metalor pour leur proposer de réagir à l’enquête de la Société suisse pour les peuples menacés. L’entreprise neuchâteloise ne nous a pas encore fait part de sa position. /comm-sma

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.