UniNe : radar pour quantifier le CO2 depuis l'espace

Le laboratoire Temps-Fréquence de l'Université de Neuchâtel a été sollicité par l'Agence spatiale allemande. Zoom sur « Le laboratoire Temps-Fréquence de l'Université de Neuchâtel a été sollicité par l'Agence spatiale allemande. » (touche ESC pour fermer)
Le laboratoire Temps-Fréquence de l'Université de Neuchâtel a été sollicité par l'Agence spatiale allemande.

Des chercheurs de l'Université de Neuchâtel participent à un projet international pour quantifier le dioxyde de carbone autour de la Terre depuis l'espace. L'objectif de ces travaux est de parvenir à mieux cerner l'impact de ce gaz sur les changements climatiques.

Des équipes de scientifiques suisses et allemands planchent sur la réalisation d'un radar à rayon laser qui permettrait de mesurer le taux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère depuis l'espace. L'accumulation de ce gaz représente la cause majeure du réchauffement affectant la planète.

Actuellement, les concentrations en CO2 sont principalement mesurées sur terre par des stations inégalement distribuées à la surface du globe. Les missions satellites présentent l'avantage de fournir des distributions d'observations plus denses et mieux réparties pour compléter le réseau terrestre, souligne l'Université de Neuchâtel.

C'est à la suite d'un appel lancé par l'Agence spatiale européenne que le laboratoire Temps-Fréquence de l'Université de Neuchâtel a été sollicité par l'Agence spatiale allemande. L'institution neuchâteloise a été chargée de développer un composant-clé de ce futur radar à rayon laser. /ats-aju-comm

Partager
Link

Galerie photos liée

01.11.2014
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.