Liste hospitalière: statu quo pour GSMN

L'hôpital de la Providence à Neuchâtel, exploité par le groupe GSMN. Zoom sur « L'hôpital de la Providence à Neuchâtel, exploité par le groupe GSMN. » (touche ESC pour fermer)
L'hôpital de la Providence à Neuchâtel, exploité par le groupe GSMN.

Permettre un accès aux soins, assurer la qualité des prestations tout en maîtrisant les coûts. C’est ce que vise la liste hospitalière 2016-2022 présentée par le Conseil d’Etat. Concrètement, elle définit quelle institution pourra traiter quel cas stationnaire dès le 1er janvier 2016.

L’Hôpital neuchâtelois prendra en charge 79 mandats de prestation en soins aigus, trois en réadaptation et un en psychiatrie. Quant à GSMN, le groupe de cliniques privées s’en voit attribuer 16. Seize mandats qui sont regroupés dans les quatre domaines que Genolier possèdent aujourd’hui. La Maison de naissance Tilia obtient pour la première fois un mandat de prestation.

 

Statut quo pour Genolier

Le groupe de cliniques privées Genolier ne conservera que les quatre missions hospitalières qu’il possédait jusqu’ici, soit l’ophtalmologie, la néphrologie, l’orthopédie et le paquet de base pour des prestations programmées, mais ce dernier point avec une limitation du nombre de cas à traiter. A noter que l’ophtalmologie ne sera plus prise en charge par l’Hôpital neuchâtelois ; il s’agit donc d’un mandat exclusif pour le Groupe Genolier.

Le conseiller d’Etat en charge de la santé Laurent Kurth a rappelé que la mise sur pied de cette liste hospitalière a été un processus lourd. Mais il considère le travail réalisé comme bétonné, puisqu’il s’appuie sur des bases statistiques de l’Office fédéral de la santé et sur la jurisprudence connue de cantons voisins.

Au-delà de ces aspects, il faut aussi soulever la volonté claire de développer l’offre dans le canton. Un des objectifs de cette liste hospitalière est de rapatrier 800 cas dans le canton au travers de cette nouvelle liste.

 

Invitation aux partenaires

Pour la suite : l’arrêté permettra l’élaboration de mandats de prestations. Mais vendredi matin, le gouvernement a aussi fait un appel du pied. Cette liste hospitalière pourrait être appelée à évoluer. La CCT santé 21 s’achève à la fin 2016, et devra être renégociée. Le gouvernement incite donc les partenaires à s’asseoir autour de la table afin de discuter des missions qui leur sont confiées pour, peut-être, se voir offrir de nouvelles missions au-delà des négociations sur la CCT santé 21. /aju

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.