Une polyclinique de pédiatrie à La Chaux-de-Fonds ?

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Le projet est sérieusement à l'étude.

Une polyclinique pédiatrique pourrait ouvrir ses portes ces prochaines semaines à l’Hôpital de La Chaux-de-Fonds. Le Conseil d’administration de l'HNe étudie sérieusement ce projet et rendra sa décision d’ici fin octobre.

Actuellement, le système de prise en charge des enfants « ne donne pas satisfaction à La Chaux-de-Fonds », concède la présidente de l’HNe, Pauline de Vos Bolay. C’est un médecin assistant qui soigne les jeunes patients, sur rendez-vous. Or, sans titre FMH (il est encore en formation) et seul, pour assumer la patientèle, il n’est autorisé à gérer que les cas très bénins. Dans les situations sérieuses, les enfants sont envoyés à Neuchâtel. D'ailleurs, « une décision de la centrale d’alarme FUS, basée dans le canton de Vaud et qui gère les appels du canton de Neuchâtel, estime qu'envoyer ces jeunes patients vers un assistant n'est pas adéquat. Elle les envoie donc systématiquement à Neuchâtel », explique Pauline de Vos Bolay. 


Un assistant et pas assez de patients

Si cet interne ne peut pas travailler, dirons-nous, que fait-il alors de ses journées ? « Il voit en moyenne 1,3 cas par jour. C’est très peu et ça ne suffit pas pour sa formation qui est dès lors allongée. Il s’occupe des diagnostics premiers, puis délègue le cas échéant dès que ça se complique », regrette la présidente du Conseil d’administration des hôpitaux neuchâtelois et jurassien. Tout le monde est perdant, donc. Pourquoi, alors, ne pas déplacer ce médecin en formation à Pourtalès et envoyer aux Montagnons un médecin dont la formation est complète ? « Ça n’est pas possible », tranche Pauline de Vos Bolay. « Les besoins au sein du service de pédiatrie de Pourtalès ont augmenté. C’est aussi la raison pour laquelle nous avons préféré monter une structure dans le Haut ».


La polyclinique qui guérira aussi l'âme

Cette polyclinique de pédiatrie pourrait redonner un espoir aux habitants du haut du Canton, eux qui ne cessent de crier leur douleur après une série d’amputations dont nous ne referons pas le détail ici.


Idéalement, le Conseil d’administration la souhaite opérationnelle au minimum lors des heures ouvrables, soit de 8h à 20 heures. Et garnie de médecins formés et titrés, bien entendu. Une collaboration avec le secteur privé est emmanchée. Des médecins installés en ville ont été approchés pour venir superviser la structure… On n’en saura pas plus. Une ouverture le week-end également ? « C’est trop tôt pour en parler ». Car la question de fond est toujours la même : combien cela va-t-il coûter.

Si l’Hôpital neuchâtelois a des finances dans le rouge vif, se permettre d’ouvrir une polyclinique de pédiatrie pourrait sembler une folie… en tout cas à en croire certaines voix du Bas (on n’échappe décidément pas à ce satané clivage Haut-Bas). Mais Pauline de Vos Bolay à la tête sur les épaules : « Nous devons avoir une politique sanitaire, c’est cela qui est important. La pédiatrie n’est pas un secteur d’activité rentable, mais nous avons l’espoir que le médecin que nous engagerons puisse avoir suffisamment de recettes pour couvrir les coûts ».

Cette nouvelle devrait redonner du baume au cœur aux habitants des Montagnes. Mais attention : les cas lourds devront toujours descendre se faire soigner à Pourtalès. En attendant, et l’information mérite d’être rappelée, « les enfants dès l’âge de 5 ans peuvent se faire soigner pour tout ce qui est fracture ou coupure aux urgences adultes de l’Hôpital de La Chaux-de-Fonds. Les gens l’oublient ! ». Si c’est la présidente du Conseil d’administration de l’HNe qui le dit… /abo

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.