Tatouages et piercings : le Canton de Neuchâtel serre la vis

En pleine séance de tatouage... Zoom sur « En pleine séance de tatouage... » (touche ESC pour fermer)
En pleine séance de tatouage...

Le canton de Neuchâtel réglemente le piercing, le tatouage et le maquillage permanent.

Depuis le 1er janvier, les personnes qui souhaitent exercer ces activités doivent demander une autorisation. C’est une première en Suisse. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de contrôle dans les autres cantons.

A Neuchâtel, le Service de la consommation et des affaires vétérinaires (SCAV) a profité de la révision de la Loi sur la police du commerce pour introduire cette nouvelle réglementation.

Le Canton laisse jusqu’au mois de janvier aux praticiens pour se mettre en règle. Après quoi, il sévira. Actuellement, douze autorisations ont été délivrées. Et quinze personnes contactées n’ont toujours pas commencé les démarches.

Reste que ces activités se font parfois dans la clandestinité et en privé. Il ne sera donc pas facile pour les contrôleurs du SCAV de mettre la main sur les contrevenants.

Dans le métier, certains saluent l’initiative de l’Etat de Neuchâtel. Mais ils se posent des questions. D’abord parce que cette autorisation ne nécessite pas d’avoir suivi des cours, dans le domaine de l’hygiène ou de la stérilisation par exemple. Ensuite parce que les tatoueurs et perceurs ne sont pas contrôlés par des gens du milieu, mais par le SCAV. Et même si la personne en charge de ces contrôles à suivi une formation, certains estiment qu’elle n’est pas suffisante pour connaître les bonnes pratiques du métier.

Enfin, cette autorisation coûte 350 francs, sans compter les papiers qu’il faut fournir (extrait du casier judiciaire et registre du commerce pour ceux qui ont un magasin). /sma

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.