Le chantier de la honte

Chantier Couvet Stand de tir Zoom sur « Chantier Couvet Stand de tir » (touche ESC pour fermer)
L'ancien stand de tir de Couvet, en transformation, est visé...

Le chantier de l’ancien stand de tir de Couvet est dans le collimateur de l’Association neuchâteloise des contrôles des conditions de travail : sécurité insuffisante, travail bâclé, travail au noir.

Les travaux de transformation du bâtiment en neuf appartements font l’objet d’une surveillance particulière de l’ANCCT, qui a mené mercredi une nouvelle visite sur place. C’était la quatrième depuis le début de l’année. Et pour la seconde fois, deux travailleurs occupés à la maçonnerie ont pris la fuite pour échapper au contrôle.

Le contrôleur, Silvio Sorrenti, se dit désarmé devant cette situation.  Il n’a pas de preuves pour stopper le chantier. Il ne possède aucun élément concret sur l’entreprise qui emploie ces personnes au noir.

 

Menaces

Le propriétaire, établi dans le canton de Vaud, est en vacances. L’entreprise soupçonnée est basée à Payerne. Elle avait déjà été amendée au mois de mars.  Mais elle prétend avoir sous-traité cette fois-ci avec une boîte  qui n’est pas inscrite au registre du commerce. Et pour couronner le tout, Silvio Sorrenti a reçu des menaces s’il poursuivait ses contrôles.

Mais l’homme ne va pas lâcher son os. Il envisage de faire appel à la police si nécessaire pour des contrôles quotidiens. Jeudi matin, comme par hasard, le chantier était désert…

Selon Silvio Sorrenti, ce genre de cas n'est pas exceptionnel: 5 à 10% des chantiers contrôlés ne sont pas en règle, avec des travailleurs qui prennent la poudre d'escampette.  /fpa

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.