Raphaël Domjan attend que les glaces s'ouvrent

Kayak Zoom sur « Kayak » (touche ESC pour fermer)
Raphaël Domjan sur son kayak solaire, lors des derniers essais dans le port de Saint-Aubin (NE).

L’écoexplorateur Raphaël Domjan doit encore patienter avant de pouvoir commencer son aventure solaire. Le Neuchâtelois est actuellement à Tuktoyaktuk, au bord de l’Arctique. Les tests de son kayak solaire sont concluants et l’embarcation de sa coéquipière, Anne Quéméré, est également au point. Seule une partie de la nourriture n’a pas pu être chargée, elle rejoindra les navigateurs lors de leur prochaine escale.

Les deux écoexplorateurs doivent réaliser la traversée du Nord-Ouest, à travers l’archipel arctique, uniquement grâce à de l’énergie solaire pour Raphaël Domjan. A la rame pour la navigatrice bretonne.

Depuis quelques jours, c’est surtout la patience qui fait foi. Raphaël Domjan et Anne Quéméré doivent en effet attendre que les glaces qui barrent le passage du Nord-Ouest s’ouvrent. « Elles doivent être poussées par les vents pour nous laisser passer. Pour le moment, tout est bouché. On attend, mais nous savions que ça serait ainsi. C’est très frustrant car il fait beau et presque 20 degrés », explique Raphaël Domjan par téléphone.

L’itinéraire des deux écoexplorateurs compte 3'000 kilomètres. « La météo doit être avec nous tout le temps. Pour le moment, nous avons 3'000 kilomètres de glace devant nous. Le soleil devrait nous aider à franchir la masse, il fait beau vingt-quatre heures sur vingt-quatre ». Le temps presse toutefois : les dernières glaces devraient s’ouvrir vers le mois d’août, avant de se refermer 2 à 3 semaines plus tard. Si tout va bien… « L’an dernier, elles ne se sont jamais ouvertes », raconte Raphaël Domjan.

Cela signifie-t-il que les kayaks ne franchiront peut-être jamais le passage ? « On pourra naviguer un bout, c’est sûr. Le reste… on verra ».

Anne Quéméré et Raphaël Domjan profitent donc… de ne rien faire, ou presque. « On découvre la vie des Inuits. Ils nous prennent un peu pour des fous. Ce sont des chasseurs, des pêcheurs. Pour eux, le kayak remonte à il y bien longtemps, ce sont d’ailleurs eux qui l’ont inventé. Aujourd’hui, ils ont tous une embarcation à moteur », s’amuse le Neuchâtelois.  /abo

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.