Quand le cassis de Dijon s'applique aux voitures

Contourner les importateurs pour faire baisser les prix.

Certains garagistes de la région se lancent dans l’importation directe de véhicules, à l’image du Garage des Montagnes Grandjean SA à La Chaux-de-Fonds. Cette technique permet aux clients de bénéficier de meilleurs prix, grâce à l’absence d’intermédiaires, à la différence de taux de TVA et à la force du franc.

 

Des contraintes pour le client

La solution ne va pas sans inconvénients. Le client doit se contenter d’une voiture existante, et ne peut pas choisir les options qui l’accompagnent, ou la couleur de la carrosserie. Il achète en effet une automobile déjà fabriquée. De plus, pour bénéficier de la garantie, le véhicule devra être entretenu dans un garage concessionnaire de la marque.

L’importation directe n’est pas nouvelle. Elle s’est développée depuis plusieurs années, principalement en Suisse alémanique. Dans le canton de Neuchâtel, entre janvier et mai 2015, l’importation directe ne représentait que 4% des véhicules neufs immatriculés par le SCAN.

 

Respect de la concurrence

L’Union professionnelle suisse de l’automobile (UPSA) ne prend pas position sur ce marché parallèle. Elle estime uniquement que les bonnes pratiques de concurrences doivent être respectées. L’UPSA s’inquiète surtout de l’affichage des prix. Un affichage à propos duquel une procédure est en cours devant le SECO à la demande d’Auto-Suisse, l’association des importateurs automobiles officiels.

Quant aux concessionnaires, ils ont l’obligation d’accepter d’entretenir les véhicules des marques qu’ils vendent, quelle que soit la manière dont le client se l’est procurée. Toutefois, les gestes commerciaux risquent d’être moins nombreux pour les voitures acquises sans passer par l’importateur. /mwi

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.