Coup de frein pour Barak

Bernard Rosat, le président de l'association Barak, dans les locaux actuellement mis à la disposition des jeunes. Zoom sur « Bernard Rosat, le président de l'association Barak, dans les locaux actuellement mis à la disposition des jeunes. » (touche ESC pour fermer)
Bernard Rosat, le président de l'association Barak, dans les locaux actuellement mis à la disposition des jeunes.

La vente de l’ancienne halle de gym et de l’ancien hangar des pompiers de Fleurier a du plomb dans l’aile. La commune de Val-de-Travers est prête à céder les bâtiments pour un franc symbolique, mais l’association Barak estime qu’il lui est impossible de devenir propriétaire. Elle a indiqué au Conseil communal qu’elle ne pourrait pas assumer les charges, puisque le Conseil général a revu à la baisse la subvention annuelle qu’elle pensait avoir.

Le centre de jeunesse est très fréquenté depuis son ouverture en 2012. L’association comptait sur 10 francs par an et par habitant pour élargir ses heures d’ouverture, étoffer son équipe d’animateurs, assurer un meilleur suivi des projets et rénover les locaux. Un amendement du PLR, accepté par la droite, a réduit cette aide à 7 francs par an et par habitant. L’association Barak a déjà frappé à de nombreuses portes pour son financement. Des fondations sont prêtes à l’épauler pour des projets concrets, comme la rénovation des bâtiments, mais ne peuvent assurer le fonctionnement du centre. Le comité comptait donc sur une subvention communale régulière pour mener à bien ses projets.

Le Parti socialiste a annoncé dès la fin de la dernière séance du Conseil général qu’il comptait lancer une initiative populaire pour soutenir Barak. Il devrait être rejoint par les autres partis de gauche, le POP et les Verts. /msa-ali

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.