Val-de-Ruz censure deux journalistes

Conseil communal Val-de-Ruz Zoom sur « Conseil communal Val-de-Ruz » (touche ESC pour fermer)
Le Conseil communal Val-de-Ruz. A gauche: Claude-Henri Schaller.

La Commune de Val-de-Ruz est sensible quand il s’agit de parler alcootest et administration : elle décide de censurer  deux journalistes de L’Express et L’Impartial dont les articles sont jugés inexacts. Du jamais vu dans le canton de Neuchâtel.

Le Conseil communal leur reproche d’avoir attribué l’arrêté sur l’alcootest à Claude-Henri Schaller. L'élu libéral-radical, chef des ressources humaines, estime que la décision de faire tester l'alcoolémie des employés a été prise par l’ensemble du Conseil communal.

Les deux journalistes se voient donc interdites de couvrir toute manifestation au Val-de-Ruz. L'exécutif a donné pour consigne à toute l’administration de ne plus répondre à leurs sollicitations. Le commentaire d’Anabelle Bourquin :

Le Conseil communal a décidé de suspendre son arrêté pour le soumettre au préposé à la protection des données.

Interrogée à ce sujet, la présidente Anne-Christine Pellissier déclare avoir pris une décision « à la mesure de ce que le Collège a ressenti en parcourant les articles de L'Express et L'Impartial ». Elle ajoute avoir ouvert la porte au rédacteur en chef des deux journaux, (ndlr: Nicolas Willemin) que le Conseil comunal « est d'accord de recevoir pour discuter ».

Du côté du Conseil général, les critiques fusent: les Verts ont rédigé un communiqué où ils qualifient la mesure d'«abusive». Certains élus comparent la politique du Conseil communal à celle du Front national. D'autres nous affirment ne pas suivre l'exécutif dans sa décision.

Principaux intéressés, les quotidiens neuchâtelois affirment qu'ils ne cèderont pas. Ils continueront d'envoyer leurs journalistes faire tout simplement leur travail. /abo

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.