Le gouvernement neuchâtelois a encore du pain sur la planche

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Le Conseil d'Etat neuchâtelois était au complet pour présenter son bilan de mi-législature mercredi matin au Château de Neuchâtel. De gauche à droite : Jean-Nat Karakash, Monika Maire-Hefti, Alain Ribaux, Laurent Kurth et Laurent Favre.

Un bilan en demi-teinte pour le gouvernement neuchâtelois. Le Conseil d'Etat in corpore a fait le point mercredi sur l'avancée des dossiers depuis le début de la législature. Parmi les projets ficelés ou en cours de finalisation, il a notamment cité la mise en oeuvre de la Loi sur l'aménagement du territoire, la volonté de profiler le canton comme un pôle d'innovation, l'externalisation du 144 et la police unique.

Mais le gouvernement ne s'est pas trop félicité de son bilan, car il reste énormément à faire. C'est en seconde partie de législature que les dossiers les plus importants seront finalisés et soumis au Grand Conseil. "Le canton est un gros paquebot qui ne peut virer que lentement" a résumé le responsable de la justice, de la culture et des sports Alain Ribaux.


Du pain sur la planche

Certains projets pourront se concrétiser dans un laps de temps relativement court. C'est le cas des mesures liées à la volonté de faire baisser durablement le chômage : des rapports sur l'intégration professionnelle, la formation des adultes et l'insertion des jeunes en formation seront soumis au Grand Conseil cet automne.

Le chantier de réforme de l'Etat a aussi bien avancé, le parlement devrait débattre l'année prochaine d'une circonscription électorale unique et d'une diminution du nombre de députés.

D'autres dossiers prendront en revanche plus de temps... L'un des grands défis du gouvernement est de mettre en oeuvre un projet cantonal de mobilité avec un réseau de transports publics efficace, une liaison rapide entre le Haut et le Bas, le contournement routier du Locle et de La Chaux-de-Fonds et une stratégie de mobilité douce.

Le redressement des finances va également occuper le Conseil d'Etat : le parlement lui demande de faire baisser les charges de 8% d'ici 2016, alors que le canton recevra moins d'argent de la péréquation intercantonale. Reste encore la réorganisation hospitalière à redéfinir, un rapport devrait être soumis au Grand Conseil à l'été 2016.


Voir plus loin

Le Conseil d'Etat est conscient qu'il existe de nombreuses tensions actuellement, notamment autour de l'échelle salariale de la fonction publique et du dossier hospitalier. Mais il souhaite replacer ces éléments dans un ensemble beaucoup plus vaste pour parvenir à définir l'avenir du canton de Neuchâtel au sein de la Suisse et de l'Europe.

Le gouvernement a souligné mercredi l'importance d'aller de l'avant ensemble, et de voir les perspectives sur le long terme. Il comprend qu'il existe de nombreuses attentes de la part de la population, mais les réformes engagées vont encore prendre du temps. Les cinq membres de l'exécutif n'ont d'ailleurs pas caché leur intention de continuer leur travail lors de la prochaine législature. /mvr

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.