Le Grand Conseil se positionne sur l’initiative du 9 février

Le parlement neuchâtelois prend position sur une consultation fédérale. Zoom sur « Le parlement neuchâtelois prend position sur une consultation fédérale.  » (touche ESC pour fermer)
Le parlement neuchâtelois prend position sur une consultation fédérale.

Le parlement neuchâtelois se soucie des effets de la mise en œuvre de l’initiative du 9 février contre l’immigration de masse. Il a voté mercredi matin à l’unanimité une prise de position qui fait suite à la consultation fédérale.

Le parlement demande à la Confédération de sauvegarder à tout prix les relations économiques avec l'Union européenne. Le texte propose également que les craintes exprimées par la population le 9 février soient entendues. Mais la prise de position réclame aussi de nouvelles mesures d’accompagnement pour protéger le marché du travail contre le dumping. Enfin, le parlement demande à la Confédération un effort particulier pour réduire le chômage.

 

Ouverture sur le monde

La prise de position rappelle que les Neuchâtelois ont fortement rejeté l’initiative de l’UDC, à plus de 60%. Une preuve, pour le parlement, que la population montre une grande ouverture au monde, et qu’elle est attachée aux relations indispensables avec l’Union européenne. Rien de nouveau sous le soleil puisque l’économie du canton est fortement tournée vers l’exportation. Mais cela génère aussi une forte vulnérabilité, notamment en cas de résiliation des accords bilatéraux.

Le parlement appelle au maintien des accords de libre-échange. Le texte ne parle pas de la libre circulation des personnes et propose même que des améliorations concrètes soient apportées aux problèmes liés à la mobilité transfrontalière. Des mesures sont également exigées pour favoriser l’emploi, notamment au travers d’un renforcement des mesures d’incitation à l’embauche.

 

Unanime !

Le parlement a soutenu à l’unanimité cette prise de position. Tous les groupes l’ont saluée. Le conseiller d’Etat en charge de l’économie, Jean-Nath Karakash, s’est également réjoui de cette prise de position. Le gouvernement rendra sa propre réponse au Conseil fédéral ces prochains jours, réponse qui ira dans le même sens.

Mercredi, la surprise est venue du groupe UDC. Il a également validé ces quatre exigences adressées à Berne et soutenu pleinement la prise de position. L’explication est simple : le groupe a indiqué mercredi vouloir privilégier les intérêts du canton. /aju

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.