L'EREN retrouve les chiffres noirs

Église réformée évangélique du canton de Neuchâtel Zoom sur « Église réformée évangélique du canton de Neuchâtel » (touche ESC pour fermer)
Bouffée d'oxygène pour l'Église réformée évangélique du canton de Neuchâtel.

Un peu plus de 15'000 francs de bénéfice. L’Eglise réformée évangélique neuchâteloise (EREN) boucle l’exercice 2014 dans les chiffres noirs, pour la première fois depuis 7 ans. Une belle surprise, alors que le budget tablait sur un déficit de 160'000 francs.

Cette santé financière permet à l'EREN de suspendre les diminutions de postes prévues initialement pour janvier prochain. Le Conseil synodal aimerait d'ailleurs faire perdurer ce gel temporaire jusqu'à la fin de la législature en 2019, si la situation continue sur cette lancée positive.

 

Impôts et immobilier, merci !

Ce sont surtout les rentrées ecclésiastiques des personnes morales et physiques qui ont poussé les chiffres vers le haut l'année dernière. Et ce, malgré une diminution de la facture. "Nous avions fait un appel à la population au début 2014, afin de l'encourager à payer la taxe revue à la baisse. Et cet appel a été entendu!", se réjouit Pierre Bonanomi, l'un des membres du Conseil synodal.

L'exploitation immobilière a aussi joué un rôle dans cet exercice positif. "L'EREN profite de plus en plus du rendement de son patrimoine immobilier pour payer ses charges de fonctionnement", précise Pierre Bonanomi. En 2014 par exemple, c'est la mise en service d'un nouveau bâtiment à Champréveyres, à Neuchâtel, qui a permis de renflouer les caisses. "Cette exploitation nous a amené des loyers supplémentaires qui n'étaient pas prévus au budget".

 

DPI : pas de recommandation pour le 14 juin

L’EREN se distancie de la position de la Fédération des églises protestantes de Suisse (FEPS) en marge de la votation du 14 juin sur le diagnostic préimplantatoire. Alors que la FEPS recommande le non, le Conseil synodal laisse le libre choix aux citoyens.

Son président Christian Miaz en appelle à la responsabilité individuelle "C'est une question éthique importante sur laquelle on peut comprendre les arguments des partisans comme des opposants". Il ajoute qu'entre les risques de sélection génétique et la douleur des familles "chacun doit pouvoir voter en son âme et conscience". /sco

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.