Nouvelle demande pour une IGP absinthe

Frédéric Rothen, le président de l’Association interprofessionnelle de l’absinthe. Zoom sur « Frédéric Rothen, le président de l’Association interprofessionnelle de l’absinthe. » (touche ESC pour fermer)
Frédéric Rothen, le président de l’Association interprofessionnelle de l’absinthe.

L’Association interprofessionnelle de l’absinthe va déposer une nouvelle demande d’Indication géographique protégée. Elle a tenu son assemblée générale mercredi soir au Val-de-Travers. La séance a été longue (près de trois heures) et animée. La question de la provenance de certaines plantes utilisées lors de la distillation a été largement discutée.

Deux courants se distinguent au sein de l’Interprofession. D’un côté, ceux qui veulent qu’un maximum de plantes soient cultivées au Vallon. De l’autre, ceux qui veulent continuer à importer la grande absinthe. Chaque camp a fait une proposition et c’est finalement une troisième option qui a été votée, sans faire l’unanimité. Parmi les plantes utilisées, la grande absinthe devra obligatoirement provenir du Val-de-Travers, de même que la petite absinthe si elle est présente dans la recette. Le cahier des charges sera modifié en ce sens. Il ne concernera plus que l’Absinthe du Val-de-Travers, l’appellation Fée verte a été abandonnée.

Huit personnes ont refusé cette nouvelle proposition lors de l’assemblée générale. Ce sont des membres de l’Association des artisans-distillateurs d’absinthe du Val-de-Travers (AAA), qui doivent se réunir prochainement pour décider de la suite à donner à ce dossier. Les membres de l’AAA ont aussi contesté le procès-verbal de l’assemblée générale de novembre. Le crédit que la commune de Val-de-Travers a accordé à l’Interprofession a également fait l’objet de discussions. Il s’agit de 50'000 francs remboursables sur 10 ans, sans intérêts. /msa

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.