Père violent condamné

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
Les victimes n'étaient âgées que de quelques mois lorsqu'elles ont commencé à être battues.

Un père de famille violent a été reconnu coupable de lésions corporelles graves et simples sur ses deux jeunes enfants. Il écope de 15 mois de prison avec 4 ans de sursis, infligés par le Tribunal régional du Littoral et du Val-de-Travers, à Neuchâtel.

Cet homme de 28 ans a battu son fils et sa fille alors qu’ils n’avaient que quelques mois. Les victimes ont aujourd’hui 4 ans et une année et partagent leur vie entre un foyer d’accueil et l’appartement de leur mère.

Les sévices ont duré deux ans et demi, durant lesquels l’accusé, ne supportant pas les cris et les pleurs, a frappé à mains nues ses enfants. Les lésions vont jusqu’aux fractures de crâne et de côtes.


Première procédure sans résultat

C’est une amie de la famille qui a donné l’alerte en août 2014, lorsqu’elle a constaté une poche de sang sous le crâne de l’un des enfants. Une procédure avait pourtant déjà été ouverte mais elle n’avait pas permis d’établir la culpabilité de l’un des parents.

Le père de famille a expliqué devant la Cour qu’il vivait, au moment des faits, une situation délicate, composée de troubles dermatologiques pénibles, d’un mal du pays difficile à vivre et de difficultés d’intégration. Conscient, dit-il, du mal qu’il faisait subir à son fils et à sa fille, il ne parvenait toutefois pas à maîtriser ses émotions et perdait le contrôle.

L’accusé n’a pas alerté la justice de la violence qu’il imposait à ses enfants par peur de représailles. Un élément aggravant pour le Tribunal, qui rappelle que la vie des enfants aurait pu être mise en danger à plusieurs reprises.

Bien que le jeune père veuille se soigner et regagner la confiance de ses enfants, le juge a souligné qu’il n’avait jamais eu affaire à un dossier si grave. Les victimes étaient des nouveau-nés. L’homme a fait preuve d’un détachement inquiétant tout au long de son procès; raison pour laquelle la Cour a prononcé une peine plus sévère que celle réclamée par le Ministère public. /abo

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.