Bourses d'études : la FEN entre en jeu

Bourse d'études Zoom sur « Bourse d'études » (touche ESC pour fermer)
Les passants étaient invités à tourner une roue. Selon le canton sur lequel ils tombaient, ils n'obtenaient pas de bourse d'étude...une façon, selon la FEN, d'illustrer la réalité.

La Fédération des étudiants neuchâtelois, la FEN, entre en campagne pour soutenir l’initiative fédérale en faveur des bourses d’études. Le 14 juin, les citoyens suisses doivent dire s’ils acceptent ou non une augmentation des montants des bourses d’étude et une harmonisation de leur condition d’octroi sur le plan fédéral, pour les formations dans les Hautes écoles spécialisées, les EPF, les universités et les formations professionnelles supérieures. Cela signifierait notamment que les cantons, qui ont actuellement la compétence pour gérer les bourses d’études, transféreraient cette tâche à la Confédération.

L’initiative déposée par l’Union des étudiants suisses est combattue par un contre-projet indirect du Conseil fédéral.

 

Se rapprocher de la moyenne

Neuchâtel a déjà pris les devants et a adhéré à un concordat intercantonal en 2013 avec 15 autres cantons. Le texte fixe des règles minimales en matière d’octroi de bourses. Reste que le Canton, lanterne rouge concernant les montants alloués, a rattrapé son retard. Mais il est toujours peu généreux avec en moyenne moins de 4’000 francs par année, contre 7'000 francs environ en moyenne suisse. « Si l’initiative est acceptée par le peuple, il est difficile de savoir quel sera le montant moyen des bourses délivrées aux étudiants, mais on espère se rapprocher de la moyenne suisse actuelle », argumente Elodie Koller, la secrétaire générale de la Fédération des étudiants neuchâtelois.

Actuellement, les conditions d’octroi des bourses connaissent d’importantes disparités entre cantons non adhérents au concordat : « L’âge maximal pour toucher une aide financière, par exemple, diffère d’un canton à l’autre », raconte Elodie Koller. « Pourtant, chacun devrait pouvoir avoir accès aux études, ça n’est pas normal ».

Les montants alloués sont aussi problématiques. « Certaines sommes, insuffisantes, obligent les étudiants à travailler à côté de leurs études. Or, certaines disciplines universitaires ou choisies dans une Haute Ecole ne permettent pas d’avoir un job annexe ».

La Fédération des étudiants neuchâtelois espère une fois pour toute, comme l’Union des étudiants suisses, que la Confédération sera chargée de fixer les conditions d’octroi des bourses et que les montants seront plus généreux qu’actuellement.


Contre-projet indirect

Du côté de Berne, on ne l’entend pas de cette oreille. Le Conseil fédéral a proposé un contre-projet indirect à cette initiative. Selon lui, la perte de souveraineté des Cantons n’est pas une bonne solution et la Confédération devrait payer des montants conséquents pour financer la mise en place de l’harmonisation des bourses…au détriment d’autres prestations. Le gouvernement fédéral ajoute qu’il préfère obliger les cantons qui n’ont pas adhéré au concordat à respecter des critères minimaux en matière d’octroi de bourses. Faute de quoi, ils ne recevront plus de subventions fédérales sur ce dossier.

Pour se faire une idée plus claire de ce dossier, la FEN organise deux débats contradictoires avec quatre intervenants : Mathias Reynard, Mauro Moruzzi, Ivan Ordas Criado et Léo Kienholz.

Le premier a lieu le lundi 4 mai à 20h à l’Aula du bâtiment principal de l’Université de Neuchâtel. Le second a lieu le 13 mai au Lycée Blaise-Cendrars de La Chaux-de-Fonds. /abo

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.