Médecins sans convention collective !

Les conditions de travail ne sont pas tolérables au sein de l’Hôpital neuchâtelois… Du moins, selon les médecins assistants, les chefs de clinique et les chefs de clinique adjoints. Selon nos informations, l’association qui représente leurs intérêts et ceux des collaborateurs équivalents du Centre neuchâtelois de psychiatrie, l’AMINE, a dénoncé la convention collective de travail qui les lie à l’HNe et au CNP pour le 30 septembre.

La CCT des médecins-assistants, chefs de clinique et chefs de clinique adjoints est en vigueur depuis 2006. Ni cette convention, ni la Loi sur le travail ne sont respectées, selon les soignants. Certains d’entre eux ont d’ailleurs dénoncé leurs conditions de travail au Secrétariat d’État à l’économie et au Service cantonal de l’emploi, racontant qu’ils enchaînent notamment les semaines à plus de cinquante heures. C’est largement au-dessus du maximum autorisé.

 

Aucune plainte au CNP

Les heures supplémentaires ne sont que rarement payées ou compensées. Les médecins enchaînent plusieurs jours de travail sans repos et, au final, leur santé et celle des patients sont mises en danger.

Bien que cette situation soit identique dans bon nombre d’hôpitaux en Suisse, l’AMINE s’est résolue à dénoncer la CCT car elle estimait que l’HNe tardait à corriger la situation qu’elle rappelle être hors-la-loi.  Le CNP indique toutefois n'avoir jamais reçu de plaintes internes concernant d’éventuels problèmes d’heures supplémentaires.

Les négociations pour une nouvelle CCT étaient au point mort et l’association a préféré dénoncer l’actuelle convention avant le 31 mars, sans quoi le texte aurait été reconduit tacitement pour une durée de trois ans.

Une nouvelle convention devrait être ratifiée par les deux parties d’ici au 1er octobre. Les médecins n’ont pas souhaité détailler leurs revendications pour ne pas faire échouer les pourparlers. Tout au plus savons-nous qu’ils exigent que la Loi sur le travail soit appliquée et que les jours de travail d’affilée soient réduits.

 

Nouveau système de décompte

La direction des ressources humaines de l’Hôpital neuchâtelois admet que la loi n’était pas appliquée jusqu’à présent, les heures supplémentaires explosant selon les services. Un inventaire de ce qui doit être payé a été dressé et chaque médecin touchera son dû d’ici la fin du mois, nous assure-t-on. Et l’HNe assure avoir pris des dispositions pour remédier à la situation : les médecins doivent, depuis le 1er avril, remplir un système de décompte de leurs heures sur internet. Aux chefs, ensuite, d’organiser leurs services pour écouler les heures supplémentaires de leurs médecins. La direction précise aussi qu’elle devra engager des soignants pour éviter de faire exploser les heures des assistants et des chefs de clinique.

La nouvelle convention collective de travail, elle, ne devrait pas être révolutionnaire, à en croire les institutions. On promet à l’AMINE de respecter la Loi sur le travail… Quelques améliorations seront apportées, comme le nombre d’heures hebdomadaires à accomplir, qui sera de 40 à 50 en moyenne. Reste à savoir si l’association se contentera de ces propositions. /abo

Partager
Link

Galerie photos liée

18.03.2016
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.