Casse du Château-des-Monts : dernier auteur en prison

Château-des-Monts Zoom sur « Château-des-Monts » (touche ESC pour fermer)
Le Château-des-Monts avait été dévalisé en juillet 2006.

Le troisième et dernier comparse dans l’histoire du cambriolage du Château-des-Monts au Locle va enfin purger sa peine, mais une peine allégée. Mardi matin, le Tribunal criminel des Montagnes neuchâteloises à La Chaux-de-Fonds a mué les 4 ans de prison en 33 mois ferme. Rappel des faits : en juillet 2006, trois hommes avaient dérobé 44 montres pour un montant de plus de 440'000 francs au Locle.

Considéré comme le co-auteur du casse, le dernier du trio écope de 33 mois de prison ferme pour vol en bande et dommage à la propriété. La violation de domicile, la contrainte ainsi que l’infraction à la circulation sont abandonnés pour cause de prescription.

L’homme avait écopé de quatre ans de prison lors d’un premier jugement rendu en 2009, un jugement auquel il n'était pas présent. Depuis, il avait disparu des radars de la justice et n'avait pas purgé sa peine. Mais, contrôlé par la police à Thoune en décembre de l’année passée, l’homme a été interpelé puis placé en détention provisoire. Tablant sur le fait qu’un de ses complices avait vu sa peine réduite en 2013 de 4 à 3 ans de prison avec l’abandon de certaines charges, il a fait appel du jugement de 2009.

 

Encore des zones d'ombres

Mardi matin, il a plaidé coupable d’avoir participé au cambriolage, mais a nié être le cerveau de l’affaire. Il aurait certes emporté les montres, mais selon lui, aurait remis le butin à l’un des deux autres comparses. Fait étonnant, les montres ont toutes été vendues, alors que le complice qui aurait réceptionné le paquet croupissait en prison.

Dernière zone d’ombre, l’homme est au chômage depuis 10 mois à Belgrade. Il s’est rendu en Suisse à Thoune, pour des motifs encore inexpliqués. Selon lui, il venait  "sans savoir quoi faire". Une attitude jugée très suspecte par le procureur.

Le Ministère public a finalement requis un allègement de peine à 3 ans ferme. Pour le procureur, l’équité d’avec son complice, rejugé en 2013,  se devait d’être respectée, car la culpabilité des deux hommes étaient égales. Mais le procureur a encore rajouté que plusieurs points restaient très flous  concernant une affaire: "qui ne sera jamais totalement élucidée". De son côté, la défense demandait une peine de 2 ans au maximum.

Finalement, le Tribunal criminel des Montagnes neuchâteloises a décidé que l’homme serait considéré comme co-auteur du cambriolage et qu’au vu de ses mauvais antécédents judiciaires, il avait été arrêté en 2000 et 2004 pour cambriolage, sa peine ne serait qu’un peu réduite malgré l’abandon de certaines charges.

Les deux autres comparses ont écopé de 30 mois de prison avec sursis et 3 ans pour le deuxième. Les montres sont toujours portées disparues. /jha

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.