Réflexion sur les zones à bâtir

Val-de-Travers Zoom sur « Val-de-Travers » (touche ESC pour fermer)
A ce jour, le Val-de-Travers dispose de trop de zones à bâtir.

Redimensionner les zones à bâtir et densifier le territoire : ce sont les deux grands axes de la réflexion menée actuellement par le Canton de Neuchâtel dans le cadre de la mise en œuvre de la Loi fédérale sur l’aménagement du territoire. Le texte est entré en vigueur en mai dernier et vise notamment à densifier les terrains bâtis.

Le Canton mise sur la présence de 200'000 habitants et de 100'000 emplois à l’horizon 2040. Pour répondre à ces projections, les autorités ont commencé par dresser un inventaire des terrains à bâtir encore disponibles. Il apparaît que Neuchâtel doit réduire de 2% ses zones à bâtir à l’horizon 2030, soit d’environ 40 hectares, au vu de la nouvelle législation.

 

Zones à bâtir manquantes sur le Littoral et excédentaires au Val-de-Travers

L’inventaire a aussi permis de constater d’importantes différences entre les régions. Il montre que le Littoral va manquer de terrains constructibles. Pour y remédier, il est dès lors prévu de densifier et d’augmenter les zones à bâtir, qui sont en revanche en nombre suffisant dans les Montagnes neuchâteloises et dans le Val-de-Ruz au vu des pronostics de croissance en termes de population et d’emplois. Dans ces régions, seules quelques permutations sont prévues pour densifier les villes et les villages et éviter de bâtir dans des zones trop isolées. Du côté du Val-de-Ruz, il est aussi prévu de transformer des zones à bâtir en zones économiques afin de développer un pôle économique. C’est la région de Malvilliers-Boudevilliers qui se profile pour l’accueillir.

Quant au Val-de-Travers, l’inventaire montre que la région dispose à ce jour de trop de zones à bâtir par rapport aux perspectives de croissance. Celles-ci seront dès lors revues à la baisse ou mises en réserve. La commune a toutefois déjà commencé à travailler sur cette problématique selon Christian Mermet, conseiller communal en charge du développement territorial. Il apparaît que certaines zones à bâtir ne sont en fait pas vouées à être construites. Un premier tri pourra ainsi s'opérer de cette manière. Dans un deuxième temps, il s'agira de geler ou de déclasser les zones à bâtir encore excédentaires, en contrepartie de dédommagements aux propriétaires selon les cas.

 

Aux communes de présenter leurs solutions

Le Canton sollicite maintenant les communes organisées en régions. Celles-ci sont appelées à fournir un projet d’aménagement du territoire en fonction des nouvelles exigences. Elles ont jusqu’au printemps 2016 pour présenter leurs conclusions. Les nouveaux plans directeurs du Canton doivent quant à eux être approuvés par le Conseil fédéral d’ici début 2019.  /sbe

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.