La Tène et St-Blaise revoient leur dispositif de sécurité

Les communes s’organisent pour faire face à la nouvelle Loi sur la Police neuchâteloise, entrée en vigueur le premier janvier. Désormais, les communes doivent assurer seules certaines tâches, ce qui les pousse à engager des agents de sécurité publique.

Le Conseil général de La Tène et celui de St-Blaise sont par exemple appelés à se prononcer jeudi sur la création d’un poste d’agent de sécurité publique à temps complet. Les deux communes ont pu obtenir une prolongation, jusqu’à fin mars, du contrat de prestations passé avec la Police neuchâteloise, mais pas au-delà.

Les agents engagés seront notamment chargés des tâches de sécurité routière, du stationnement ou encore de l’octroi d’autorisations pour des manifestations.

 

Contrats avec des agences privées

À ce jour, aussi bien St-Blaise que La Tène ont passé des contrats avec des agences de sécurité privées pour diverses tâches, en plus de leur collaboration avec la Police neuchâteloise. Ces contrats devraient être rompus à St-Blaise avec l’arrivée du nouvel agent. En revanche, La Tène en conserverait deux : pour la ronde dans les cours d’école de Marin et pour la surveillance du camping durant l’été.

Sur le plan financier, le coût supplémentaire lié à cet engagement est évalué à 38'000 francs par an à La Tène. Il atteindrait entre 30'000 et 50'000 francs à St-Blaise.

Par ailleurs, la commune de Lignières se montre intéressée à profiter du travail de l’agent de St-Blaise contre rémunération. /sbe

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.