Les investissements de l'HNe ont du plomb dans l'aile

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
L'hôpital de La Chaux-de-Fonds.

Les nombreuses heures de discussion sur le dossier hospitalier n'auront pas permis aux députés neuchâtelois de trouver un terrain d'entente mardi. Après un débat houleux, le Grand Conseil a finalement refusé d'autoriser le Conseil d'Etat à cautionner les futurs emprunts de l'Hôpital neuchâtelois (l'HNe) destinés à ses investissements. Le projet n'a pas obtenu la majorité qualifiée des trois cinquièmes du parlement. L'HNe risque dès lors de ne pas pouvoir accéder au marché des emprunts pour ses investissements.

Les clivages ont porté sur le montant du cautionnement. Le projet de base prévoyait une somme de 37 millions de francs, avant que le Conseil d'Etat n'amende le texte pour la porter à 20 millions de francs. Cette proposition faisait suite à la décision du gouvernement de suspendre la rénovation des unités de soins de l'hôpital de La Chaux-de-Fonds. Elle a provoqué la colère de nombreux députés de gauche qui y ont vu une remise en cause des options stratégiques adoptées par le peuple neuchâtelois en novembre 2013.


Finances en partie améliorées

Dans le cadre de ce débat, les députés ont en revanche accepté de cautionner des emprunts à hauteur de 152,5 millions de francs, pour permettre à l'Hôpital neuchâtelois d'acquérir de l'argent pour son fonds de roulement.

Le Grand Conseil a aussi dit oui à une subvention de 16,6 millions de francs pour que l'HNe puisse assainir son bilan.


Conseil d'administration remis en question

La question de la suppression du Conseil d'administration de l'Hôpital neuchâtelois a occupé les députés en début de session, appelés à prendre acte d'un rapport d'informations de la commission Santé. Les groupes UDC et PopVertSol ont clairement fait part de leur soutien à cette mesure. A leurs yeux, l'Hôpital neuchâtelois peine à mettre en oeuvre les décisions politiques. Pour ces députés, il faut donc renforcer le lien entre le Conseil d'Etat et la direction générale de l'HNe en supprimant le Conseil d'administration.

Le PLR et les Vert'libéraux se disent quant à eux opposés à cette idée. Les commissions parlementaires vont continuer d'étudier le projet. Le PS attend le résultat de ce travail pour se prononcer.

 

L'idée d'un site unique ne séduit pas

La proposition de Jean-Bernard Wälti a en revanche fait l'unanimité contre elle. Le député PLR demandait au Conseil d'Etat d'étudier la possibilité de créer un site unique de soins aigus au Val-de-Ruz; une solution difficile à concevoir dans le climat actuel pour de nombreux députés.

Le gouvernement a quant à lui déclaré qu'il était malvenu de créer un troisième pôle urbain dans un canton qui peine déjà à en gérer deux. /sbe

Partager
Link

Galerie photos liée

18.03.2016
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.