L'ombre de l'HNe plane sur le Conseil général

La résolution interpartis de défense de l'hôpital a été présentée conjointement par les chefs de groupe. De gauche à droite : Frédéric Hainard (NPL), Hugues Chantraine (UDC), Monique Erard (Verts), Charles-André Favre (POP), Claude-André Moser (PLR) et Katia Babey (PS). Zoom sur « La résolution interpartis de défense de l'hôpital a été présentée conjointement par les chefs de groupe. De gauche à droite : Frédéric Hainard (NPL), Hugues Chantraine (UDC), Monique Erard (Verts), Charles-André Favre (POP), Claude-André Moser (PLR) et Katia Babey (PS). » (touche ESC pour fermer)
La résolution interpartis de défense de l'hôpital a été présentée conjointement par les chefs de groupe. De gauche à droite : Frédéric Hainard (NPL), Hugues Chantraine (UDC), Monique Erard (Verts), Charles-André Favre (POP), Claude-André Moser (PLR) et Katia Babey (PS).

La crise de l’Hôpital neuchâtelois a chamboulé l’ordre du jour du Conseil général de La Chaux-de-Fonds jeudi soir. Les élus ont décidé d’ouvrir la séance avec deux résolutions urgentes interpartis. La première réaffirme la volonté de défendre le site local de l’HNe. Elle apporte un soutien inconditionnel au Conseil communal et permet au législatif de s’associer aux exigences formulées par l’exécutif dans ce dossier. La seconde demande au Conseil communal de solliciter une rencontre avec le Conseil d’État, les instances dirigeantes de l’Hôpital neuchâtelois et le groupe de travail interpartis. Les deux textes ont été acceptés à l’unanimité.

Par ailleurs, tous les partis à l’exception du PLR ont indiqué soutenir l’initiative du collectif Le Haut veut vivre qui demande la réouverture d’une maternité dans la Métropole horlogère.

La séance a ensuite repris le cours prévu. Le Conseil général a accepté une demande de crédit de 500'000 francs pour le réaménagement de la rue de l’Avenir entre les rues de la Serre et du Parc, malgré les réticences de la droite. Enfin, la modification de l’arrêté relatif à la perception de divers taxes et émoluments communaux a passé la rampe. Abattre un arbre sans autorisation pourra désormais coûter jusqu’à 5'000 francs de frais. /mwi

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.