Vote mardi à l'ONU sur Srebrenica

Vote mercredi à l'ONU sur Srebrenica

Photo: Keystone

Le Conseil de sécurité de l'ONU a repoussé à mercredi le vote d'une résolution commémorant le 20e anniversaire du génocide de Srebrenica, selon des diplomates. La Russie a menacé d'y opposer son veto.

La réunion du Conseil, prévue mardi à 10h00 puis à 15h00 locales (21h00 en Suisse) aura finalement lieu mercredi matin. Dans l'intervalle, les négociations doivent continuer pour tenter de sortir de l'impasse.

Le projet de texte 'condamne le plus fermement possible le génocide commis à Srebrenica' en 1995 et dit que la reconnaissance du génocide est 'une condition préalable à la réconciliation' en Bosnie.

Selon ce texte, le premier du genre, le Conseil 'salue les efforts pour enquêter et poursuivre tous ceux qui sont accusés de graves violations des droits humanitaires internationaux pendant le conflit en Bosnie, y compris le génocide à Srebrenica'.

Le Conseil de sécurité demande que tous les pays coopèrent en ce sens avec la justice internationale, soutiennent les accords de paix de Dayton de 1995 qui ont mis fin à la guerre et 'réaffirment l'importance de tirer les leçons de l'échec des Nations unies à prévenir le génocide à Srebrenica'.

Cérémonie samedi

Quelque 8000 hommes et garçons musulmans ont été tués en juillet 1995 à Srebrenica par les forces serbes de Bosnie, peu avant la fin de la guerre inter-communautaire de 1992-1995. Ce massacre est qualifié de génocide par la justice internationale mais des responsables serbes de Bosnie refusent ce qualificatif et affirment qu'une telle résolution diviserait davantage encore le pays.

Le président de la Republika Srpska (RS), l'entité serbe de Bosnie, Milorad Dodik, a affirmé samedi que le génocide était un 'mensonge'.

Les cérémonies de commémoration du 20e anniversaire de ce massacre auront lieu samedi. A cette occasion, 136 victimes identifiées seront enterrées au mémorial de Srebrenica.

Dans une lettre adressée à Mladen Ivanic, le membre serbe de la présidence collégiale de Bosnie, l'ambassadeur britannique Matthew Rycroft a affirmé que 'le génocide est un crime et ceux qui l'ont commis des criminels'. 'Ce n'est pas anti-serbe que de dire cela', a-t-il ajouté. M. Ivanic avait critiqué le projet de résolution dans une lettre au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

Moscou intransigeant

La Russie affirme que ce texte insiste trop lourdement sur les méfaits commis par les Serbes de Bosnie.

Par ailleurs, les parents des milliers de personnes massacrées en 1995 à Srebrenica ont fait appel mardi d'une décision d'un tribunal néerlandais. Il ne leur donne que partiellement satisfaction concernant la responsabilité des Casques bleus néerlandais dans cette tragédie.

Les familles des victimes ont engagé des poursuites contre le gouvernement des Pays-Bas, accusant les soldats néerlandais du contingent de l'ONU de n'avoir pas su protéger les hommes et garçons musulmans assassinés.

L'année dernière, un tribunal de La Haye a conclu que l'Etat néerlandais était responsable du décès le 13 juillet 1995 de plus de 300 hommes et garçons bosniens massacrés par les Serbes de Bosnie après avoir été expulsés d'une zone où leur sécurité était assurée par l'ONU.

Mais les mêmes juges avaient considéré que l'Etat ne pouvait être tenu pour responsable des actions des soldats néerlandais avant la chute de Srebrenica et du décès de milliers de personnes à la suite de l'entrée des troupes serbes de Bosnie.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.