Violences dans une ville macédonienne proche du Kosovo

Violences dans une ville macédonienne proche du Kosovo

Photo: Keystone

La Macédoine, affaiblie par une longue crise politique, risque de se retrouver fragilisée suite à des incidents armés. Ceux-ci se sont déroulés samedi à la frontière avec le Kosovo.

Dans l'ex-république yougoslave, à majorité slave orthodoxe, un quartier musulman de Kumanovo (nord) était assiégé depuis le petit matin par les forces de l'ordre. Celles-ci traquaient un 'groupe armé venu d'un pays voisin' en vue de perpétrer une 'attaque terroriste contre les institutions de l'Etat'.

Le porte-parole de la police macédonienne Ivo Kotevski n'a pas précisé de quel pays voisin il s'agissait, mais la presse locale montrait du doigt le Kosovo, dont l'écrasante majorité de la population est albanaise.

Dans des échanges de tirs en matinée entre ce mystérieux groupe et les forces de l'ordre, quatre policiers ont été blessés. Ils ont été hospitalisés à Skopje. En milieu d'après-midi, des personnes âgées, des femmes et des enfants, la plupart d'origine albanaise, quittaient le quartier assiégé de Kumanovo.

Victimes probables

L'ambassade des Etats-Unis à Skopje a diffusé un communiqué présentant ses condoléances aux familles des personnes décédées dans ces incidents. Interrogé par l'AFP, Ivo Kotevski a dit ne pas pouvoir confirmer cette information tant que l'opération était en cours. La presse locale a aussi fait état de morts et de blessés, y compris parmi les civils.

Alors que la Serbie renforçait ses troupes aux frontières, l'Albanie et le Kosovo ont lancé des appels au calme. Pristina demande 'à toutes les parties de trouver une solution par la voie du dialogue politique'.

Crise politique

Les incidents de Kumanovo surviennent après que le 21 avril un groupe armé d'Albanais venus du Kosovo a brièvement pris possession d'un commissariat de police à la frontière nord de la Macédoine. Il avait réclamé la création d'un Etat albanais sur le territoire de cette ex-république yougoslave.

Candidate à l'adhésion à l'UE depuis dix ans, la Macédoine est en proie à une grave crise politique qui oppose depuis des mois les principales formations slaves. L'opposition de gauche accuse le pouvoir conservateur de corruption et d'avoir mis sur écoute 20'000 personnes, dont des hommes politiques, des journalistes et des chefs religieux.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.