Un inconnu ouvre le feu sur la police américaine à Baton Rouge

Un inconnu ouvre le feu sur la police américaine à Baton Rouge

Photo: Keystone

Trois policiers sont morts dimanche lors d'une fusillade à Baton Rouge, en Louisiane. Trois autres sont blessés, dont l'un grièvement. Le tireur a été abattu et est mort, a indiqué la police. Barack Obama a fustigé 'un acte de lâches'.

Le président américain a reconnu que l'on ne savait pas pourquoi les policiers avaient été abattus. Mais il rappelle dans son message la mort de 5 agents de Dallas (Texas) assassinés le 7 juillet par un ancien combattant qui voulait venger les Noirs tués par la police.

'Pour la deuxième fois en deux semaines, des agents de police, qui mettent leur vie en danger tous les jours pour protéger la nôtre, ont été tués lâchement alors qu'ils faisaient leur travail', a souligné le président dans un communiqué publié par la Maison-Blanche.

'Ces attaques contre des fonctionnaires, contre l'Etat de droit et une société civilisée, doivent cesser', a-t-il ajouté. Il a offert les moyens de l'Etat fédéral aux autorités de Louisiane et promis que 'justice sera faite'.

Pas d'autres tireurs

Le tireur embusqué a été tué par balle dans la riposte des policiers, a indiqué le chef de la police de l'Etat de Louisiane, le colonel Mike Edmonson. Il n'a donné aucune explication sur ce qui a pu motiver cet acte, mais a souligné 'qu'il n'y a pas d'autre tireur dans la région de Baton Rouge'.

La police avait indiqué dans un premier temps rechercher d'autres éventuels tireurs. Il semble que les forces de l'ordre soient intervenues à la suite d'une première fusillade entre plusieurs individus.

Appel au calme

Sur la chaîne de télévision locale WAFB9, le maire de Baton Rouge Kip Holden a appelé au calme, redoutant une nouvelle poussée de tension.

Baton Rouge a en effet été le théâtre ces dernières semaines de nombreuses manifestations après la mort d'Alton Sterling, un vendeur ambulant noir abattu par un policier. Ces manifestations ont souvent été réprimées de manière très musclées par la police.

Le 7 juillet, un tireur embusqué a tué par balles à Dallas cinq agents de police en marge d'une manifestation. Celle-ci avait lieu contre la mort de Noirs tués par la police à Baton Rouge ainsi qu'à Minneapolis, dans le Minnesota.

'Notre pays est divisé et hors de contrôle', a réagi dimanche sur Twitter le candidat républicain à la Maison-Blanche Donald Trump. 'Nous réclamons la loi et l'ordre', a-t-il ajouté, en référence à l'un de ses slogans de campagne.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.