Trêve à Alep, 28 tués dans un raid contre un camp de déplacés

Trêve à Alep, 28 tués dans un raid contre un camp de déplacés

Photo: Keystone

Un calme relatif régnait jeudi à Alep au lendemain de la trêve momentanée négocié entre Washington et Moscou. Mais les combats faisaient rage dans d'autres régions de Syrie, alors que Bachar al Assad a promis de poursuivre la lutte jusqu'à la 'victoire finale'.

Selon les médias publics syriens, l'armée a promis de respecter le 'régime de calme' entré en vigueur à 01h00 du matin à Alep pour une durée de 48 heures.

L'opposition politique, regroupée au sein du Haut Comité des Négociations (HCN), a de son côté fait savoir qu'elle souhaitait une cessation des hostilités qui couvre l'ensemble de la Syrie et non simplement limitée à Alep.

Le président syrien Bachar al Assad a lui déclaré que les combats menés à Alep et ailleurs en Syrie par les forces gouvernementales contre les rebelles visaient la victoire à terme, rapportent les médias d'Etat syriens.

Ailleurs, les combats font rage

Dans les régions rurales au sud d'Alep, les combats faisaient rage, notamment près de Khan Touman. Les combattants du Front al Nosra, la branche syrienne d'Al Qaïda, y progressaient en direction de la ville tenue par des milices progouvernementales soutenues par l'Iran.

L'aviation syrienne a mené des bombardements pour tenter de repousser l'assaut des insurgés islamistes contre plusieurs positions gouvernementales autour de la ville, ont rapporté la chaîne télévisée Al Mayadine, favorable au régime de Damas, et l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), proche de l'opposition.

Au nord-ouest d'Alep, les rebelles ont indiqué que des hélicoptères syriens avaient largué des barils d'explosifs sur Dahyat al Rachdine al Djounobi, secteur tenu par les rebelles, et près du secteur de Djamiyat al Zahraa.

Camp de déplacés attaqué

Les combats se poursuivent également dans le reste de la Syrie. Au moins 28 personnes, parmi lesquelles des femmes et des enfants, ont été tuées dans des bombardements qui ont visé jeudi un camp de déplacés de la province d'Idleb, près de la frontière turque, a rapporté l'OSDH.

Le bilan de l'attaque, dans les environs de la ville de Sarmada, soit à une trentaine de kilomètres à l'ouest d'Alep, risque de s'alourdir car un certain nombre de blessés sont dans un état très grave, ajoute l'OSDH.

La Maison-Blanche a condamné cette attaque. 'Aucune excuse ne peut justifier ce raid aérien contre des civils innocents qui ont déjà fui leurs maisons pour échapper aux violences', a déclaré son porte-parole, Josh Earnest.

Champ gazier aux mains de l'EI

D'autre part, d'après des sources rebelles et l'OSDH, l'organisation Etat islamique (EI) s'est emparée du champ gazier de Chaer. Il s'agit de sa première conquête territoriale dans le désert entourant Palmyre depuis que l'armée gouvernementale a repris la ville en mars.

Selon l'agence de presse Amak, liée à l'EI, les djihadistes ont tué une trentaine de soldats syriens et se sont emparés d'armes lourdes, de chars et de missiles.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.