Syrie: l'Etat islamique se rapproche de la ville d'Alep

Syrie: l'Etat islamique se rapproche de la ville d'Alep

Photo: Keystone

L'Etat islamique (EI) s'est rapproché vendredi à l'aube de la métropole d'Alep, dans le nord de la Syrie. Il a chassé les rebelles d'une série de positions au nord de l'ancienne capitale économique du pays, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

'L'EI n'a jamais été aussi proche de la ville d'Alep, c'est sa plus grande avancée vers' la deuxième ville de Syrie, a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'ONG proche des rebelles, qui affirme disposer d'un large réseau de sources à travers le pays en guerre.

D'après ses sources, l'EI a chassé des groupes rebelles, au prix de violents combats durant la nuit, des localités de Tall Qrah, Tall Soussine, Kafar Qares mais surtout de la base de Madrasat al-Mouchat, aux mains des rebelles depuis 2012. 'Des dizaines de combattants des deux bords ont été tués', selon M. Abdel Rahmane.

Avec la prise de ces positions situées au nord d'Alep, le groupe djihadiste est désormais à une vingtaine de kilomètres de la ville et 'sur la ligne de front avec les troupes du régime de Bachar al-Assad', notamment près de la zone industrielle de Cheikh Najjar.

L'EI a progressé notamment à partir du nord-est d'Alep, où il contrôle des villes et localités notamment Al-Bab, un de ses fiefs. Alep est ravagée par la guerre depuis 2012 et divisée entre des secteurs ouest aux mains du régime et est sous contrôle rebelle.

Nouvelles frappes françaises

Plus à l'ouest, l'armée française a mené dans la nuit de jeudi à vendredi une nouvelle frappe contre un camp d'entraînement de l'EI à Raqqa, chef-lieu des combattants djihadistes en Syrie, a annoncé le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian.

'Deux Rafale français ont délivré des bombes sur ce camp d'entraînement et les objectifs ont été atteints', a-t-il déclaré sur Europe 1. 'Ce n'est pas la première fois' que la France frappe l'EI, 'ce n'est pas la dernière fois', a-t-il ajouté.

'Nous avons frappé parce que nous savons qu'il y a en Syrie, en particulier dans les environs de Raqqa, des centres d'entraînement de combattants étrangers dont la mission n'est pas d'aller combattre pour Daesh sur le Levant mais de venir en France, en Europe, pour mener des attentats', a précisé M. Le Drian.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.