Sous Habré, la faim tuait plus que la torture dans les prisons

Sous Habré, la faim tuait plus que la torture dans les prisons

Photo: Keystone

Les détenus au Tchad pendant le régime de l'ex-président Hissène Habré (1982-1990) sont morts plus de diète que de tortures, a affirmé vendredi un ancien responsable d'Amnesty International. Il s'exprimait devant le tribunal spécial qui juge l'ex-dirigeant à Dakar.

'La plupart des morts n'était pas' liées aux 'tortures mais à ce qu'on a appelé en Guinée Conakry la diète noire, la privation de nourriture mais aussi de boissons et le manque de soins médicaux', a témoigné Mike Dottrige, en poste à Amnesty International de 1977 à 1995.

La répression en Guinée sous le premier président Sékou Touré (1958-1984) a fait selon les estimations des organisations des droits de l'homme, quelque 50'000 morts ou disparus, dont de nombreuses victimes de la faim au tristement célèbre camp Boiro, dans la banlieue de Conakry.

'La nourriture était en quantité tellement petite que le prisonnier en mourrait', a précisé M. Dottrige. Amnesty a, selon lui, publié plusieurs rapports sur le Tchad pendant le pouvoir de M. Habré.

Plusieurs formes de tortures

Il a détaillé plusieurs formes de tortures pratiquées au Tchad pendant cette période. 'La méthode arbatachar a été bien documentée', a indiqué M. Dottrige. Elle consiste à attacher dans le dos les bras et les jambes du détenu, provoquant de graves difformités et la paralysie des membres.

Il cite, sans plus de détail, 'la méthode des baguettes, avec des morceaux de bois. Le sang coule du nez de la victime'.

'Il y avait une autre méthode qui obligeait la victime à boire énormément d'eau avec du piment', ou encore une autre par laquelle 'une pipe est mise dans la bouche de la victime où on introduit du gaz' d'échappement, en plus de 'la torture avec des décharges électriques'.

Son régime a fait 40'000 morts

Le procès devant les Chambres africaines extraordinaires (CAE), tribunal spécial créé en vertu d'un accord entre le Sénégal et l'Union africaine (UA), s'est ouvert le 20 juillet. Il a été ajourné de 45 jours dès le lendemain pour permettre aux avocats commis d'office en défense de prendre connaissance du dossier.

En détention depuis deux ans au Sénégal, où il a trouvé refuge en décembre 1990 après avoir été renversé par l'actuel président tchadien Idriss Deby Itno, Hissène Habré est poursuivi pour 'crimes contre l'humanité, crimes de guerre et crimes de torture', crimes pour lesquels il encourt jusqu'aux travaux forcés à perpétuité.

La répression sous son régime a fait 40'000 morts, selon les estimations d'une commission d'enquête tchadienne.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.