Raid de Boko Haram contre un village, dizaines de morts

Nigeria:nouveau massacre, les extrémistes rassemblent leurs troupes

Photo: Keystone

Au moins 68 personnes, dont des adolescents, ont été tuées dans un nouveau massacre perpétré par Boko Haram dans le nord-est du Nigeria. Dans le même temps, le groupe islamiste rassemble des troupes dans son fief voisin de Gwoza.

C'est depuis Gwoza, prise par les insurgés en juin 2014, que leur chef Abubakar Shekau a proclamé en août un 'califat' dans les zones passées sous le contrôle des islamistes armés dans le nord-est du pays.

Mais, depuis février, Boko Haram fait face à une campagne militaire sans précédent lancée par le Nigeria et ses voisins, le Tchad, le Niger et le Cameroun, qui affirment avoir repris le contrôle de plusieurs villes et villages.

Jeudi, les autorités nigérianes ont annoncé avoir repris 'le contrôle total' de Mafa, à 50 km à l'est de Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno et berceau de l'insurrection. Selon les experts, au moment où Boko Haram est chassé de ses fiefs, les attaques risquent de se multiplier, notamment dans les régions les plus reculées.

Village entièrement brûlé

Des hommes très lourdement armés ont attaqué mardi le village de Njaba, dans l'Etat de Borno, selon deux membres de milices d'autodéfense interrogés jeudi. D'après un milicien, l'attaque a été lancée depuis Gwoza, localité du même Etat située à une centaine de km à l'est.

Les terroristes se sont mis à tirer sur les habitants qui tentaient de fuir, 'dont des adolescents et des personnes âgées', a raconté Falmata Bisika, 62 ans, depuis Maiduguri, où elle a trouvé refuge.

'J'ai participé au comptage des corps, 68 personnes ont été tuées', a déclaré Muminu Haruna. Cet homme de 42 ans, qui s'est d'abord caché dans un grenier derrière chez lui, a ensuite couru jusqu'à Maiduguri, située à une cinquantaine de kilomètres au nord de Njaba. Selon M. Haruna et les autres témoins, le village a été entièrement brûlé.

Afflux islamiste à Gwoza

Dans le même temps, les combattants islamistes affluent depuis plusieurs jours à Gwoza, où ils ont commis des exactions, selon un témoin et un sénateur. Ils se préparent à défendre la ville au moment où l'armée poursuit son avancée, aidée par les soldats tchadiens, a expliqué jeudi Ali Ndume, sénateur de cette région.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.