Ouganda: la Gay Pride « reportée » après les menaces d'un ministre

Ouganda: la Gay Pride

Photo: Keystone

Les organisateurs de la Gay Pride de Kampala ont annoncé vendredi le 'report' de l'événement. Le ministre de l'Ethique d'Ouganda, pays notoirement homophobe, a menacé d'arrêter tous les participants et suggéré qu'ils pourraient être violentés, affirment-ils.

'En tant que comité, nous avons décidé de reporter les événements restants', prévus samedi et dimanche, ont indiqué les organisateurs dans un communiqué. Ils se disent optimistes quant à l'issue de négociations en cours avec de 'hauts responsables du gouvernement'.

'Nous communiquerons les nouvelles dates dès que les négociations seront achevées', ont-ils précisé. La décision a été prise après une rencontre entre l'avocat des organisateurs Nicholas Opiyo, le ministre de l'Ethique Simon Lokodo et un représentant de la police.

L'avocat a assuré à l'AFP que le ministre avait ordonné l'annulation des activités. Il aurait en outre averti que si ces dernières avaient lieu, la police arrêterait tous les participants et des citoyens seraient mobilisés pour 'défendre les valeurs morales de l'Ouganda'.

'Aucun droit'

Le ministre, qui n'avait pas réagi dans l'immédiat à ces affirmations, aurait déclaré que 'si les participants devaient être frappés, ce serait entièrement de leur faute', selon Me Opiyo.

Une parade était notamment prévue ce week-end, a-t-on appris auprès des organisateurs. Ceux-ci n'ont pas précisé si cette dernière devait avoir lieu dans un lieu public ou privé.

'Le ministre n'a aucun droit pour donner ou retirer l'autorisation d'organiser une parade', a déclaré Frank Mugisha, directeur de l'ONG Minorités sexuelles Ouganda. 'C'est un abus de pouvoir et la police le laisse faire'.

L'ambassadeur des Etats-Unis en Ouganda, Deborah Malac, a pour sa part souligné que 'l'ambassade est aux côtés de la communauté LGBT et des Ougandais, d'où qu'ils viennent et quelles que soient leurs croyances, pour défendre la dignité de tous les citoyens

Harcèlement et intimidations

Jeudi soir, la police ougandaise avait effectué une descente dans un club de Kampala où se tenait une élection de 'Miss et Mister Pride' dans le cadre des festivités en amont de la parade de ce week-end. Une vingtaine d'organisateurs avaient été interpellés pour 'rassemblement illégal', puis relâchés.

Une personne a été grièvement blessée en tentant de s'enfuir en sautant depuis une fenêtre.

L'homophobie est répandue en Ouganda. Harcèlement et intimidations sont le quotidien des homosexuels dans ce pays où se développe un christianisme évangélique particulièrement véhément à l'égard du mouvement LGBT.

Perpétuité

L'Ouganda - où les relations dites 'contre nature' sont déjà passibles de la perpétuité depuis une loi datant de la colonisation britannique - avait adopté en décembre 2013 une nouvelle législation réprimant notamment la 'promotion de l'homosexualité' et rendant obligatoire la dénonciation des homosexuels.

Cette loi, qui avait déclenché un tollé international, avait été annulée pour vice de forme par la Cour constitutionnelle en août 2014. Des hommes politiques ont toutefois déposé une nouvelle proposition de loi qui réintroduirait le délit de 'promotion' de l'homosexualité.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.