Obama et Hollande appellent Poutine à les rejoindre contre l'EI

Obama et Hollande appellent Poutine à les rejoindre contre l'EI

Photo: Keystone

Onze jours après les attentats sanglants qui ont frappé Paris, Barack Obama et François Hollande ont affiché mardi leur unité dans la lutte contre le groupe EI. Ils ont appelé la Russie à concentrer désormais ses efforts militaires en Syrie contre les djihadistes.

Près de 15 ans après le fameux 'Nous sommes tous Américains' proclamé par Paris en soutien aux Etats-Unis meurtris par le 11-Septembre 2001, le président américain a lancé en français 'Nous sommes tous Français', en solidarité à l'allié frappé par le terrorisme.

Recevant mardi son homologue français à la Maison Blanche, onze jours après les pires attentats jamais perpétrés en France, le 13 novembre à Paris et à Saint-Denis, M. Obama a affirmé que les Etats-Unis et la France étaient 'unis' et 'totalement solidaires' dans la lutte contre le terrorisme djihadiste.

'Nous aimons les Français' pour leur 'état d'esprit', leur 'culture' et leur 'verve', a lancé M. Obama lors d'une conférence de presse commune. Il a rappelé que Paris était traditionnellement le 'plus ancien allié de l'Amérique', en allusion à la Révolution américaine de la fin du 18e siècle appuyée par des Français.

Pas de nouvelle annonce

Leur rencontre de 1h40 n'a donné lieu à aucune annonce nouvelle. Les deux dirigeants se sont bornés à plaider pour l'intensification des échanges de renseignements.

Soulignant la volonté commune des deux pays d'intensifier leurs frappes aériennes et d'élargir leur portée, en Irak comme en Syrie, M. Hollande, qui effectuait son premier déplacement depuis les attentats de Paris a martelé que la France n'interviendrait pas au sol mais continuerait à 'accompagner les forces locales'.

'Nous ne laisserons pas abîmer le monde et, face à Daech, nous devons avoir une réponse commune, collective et implacable', a dit le président français. Sur le plan militaire, 'il s'agit de détruire Daech partout où il se trouve, de couper ses sources de financement, de traquer ses dirigeants, de démanteler ses réseaux et de reconquérir les territoires qu'il contrôle', a-t-il énuméré.

Les efforts diplomatiques déployés par Paris pour mieux coordonner le combat contre l'EI risquent toutefois d'être durablement mis à mal par le crash d'un avion de combat russe, abattu mardi à la frontière syrienne par la Turquie, pays membre de l'OTAN.

'Le problème, pas la solution'

La communauté internationale a relancé un processus diplomatique pour trouver une solution au conflit syrien, qui a fait au moins 250'000 morts depuis 2011 et contraint des millions de Syriens à l'exil. Mais Moscou s'oppose aux grandes puissances occidentales sur le sort à réserver à M. Assad.

Le président français, qui doit rencontrer M. Poutine jeudi, a appelé ce dernier à reconsidérer son soutien à Bachar al-Assad, ce dernier n'ayant 'pas sa place' dans une transition politique. 'Dès lors qu'il a été le problème, il ne peut pas être la solution', a-t-il martelé. Tant qu'il n'y aura pas de 'changement stratégique' de la part de M. Poutine sur ce point, la coopération sera 'très difficile', a mis en garde en écho M. Obama.

'Si leur priorité est d'attaquer l'opposition modérée qui pourrait faire partie d'un futur gouvernement syrien, la Russie n'aura pas le soutien de notre coalition', a-t-il expliqué.

Ne pas se laisser 'terroriser'

Le président des Etats-Unis a également assuré que les Américains ne se laisseraient pas 'terroriser', au lendemain d'une alerte mondiale lancée par le département d'Etat sur les risques de voyager à l'étranger pour ses ressortissants.

Poursuivant son offensive diplomatique, M. Hollande verra mercredi à Paris la chancelière allemande Angela Merkel et jeudi à Moscou son homologue russe Vladimir Poutine. Il recevra dimanche le président chinois Xi Jinping.

Des avions de chasse Rafale partis du porte-avions Charles-de-Gaulle en Méditerranée orientale ont détruit mardi soir un centre de commandement de l'Etat islamique à Tal Afar, une ville située à l'ouest de Mossoul en Irak, a déclaré en soirée un responsable français.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.