Les pays riches n'ont réinstallé que 1,39% des réfugiés syriens

Les pays riches n'ont réinstallé que 1,39% des réfugiés syriens

Photo: Keystone

Les pays riches n'ont réinstallé qu'une fraction des près de cinq millions de réfugiés qui ont fui la Syrie, a indiqué dans un rapport mardi l'ONG britannique Oxfam. Celle-ci leur lance un appel pour en accueillir davantage.

L'ONG demande aux pays riches de prendre au moins 10% des 4,8 millions de réfugiés syriens enregistrés dans la région entourant le pays déchiré par la guerre. Mais à ce jour ceux-ci n'ont réinstallé que 67'100 personnes, soit 1,39% des réfugiés, selon elle.

La grande majorité des Syriens exilés restent dans les pays proches, alors que le conflit entre dans sa sixième année.

L'ONG a publié son rapport avant la tenue d'une conférence internationale mercredi à Genève sous l'égide de l'ONU, durant laquelle les pays seront priés de prévoir des places de réinstallation pour les réfugiés syriens.

Partager

La conférence de l'ONU a pour objectif de faire 'partager la responsabilité globale' liée à la crise des réfugiés, provoquée par la guerre dans ce pays qui a fait plus de 270'000 morts. Elle sera ouverte par son Secrétaire général, Ban Ki-moon.

Selon Oxfam, seuls trois pays riches, le Canada, l'Allemagne et la Norvège, ont fait plus que ce qu'ils étaient censés faire, par rapport à leur situation économique, en matière d'accueil permanent des réfugiés.

Cinq autres (Australie, Finlande, Islande, Suède et Nouvelle-Zélande) se sont également engagés à faire 50% de plus que leur part. En revanche, 20 autres pays examinés par Oxfam sont en-dessous des attentes.

Ainsi, la France s'est engagée à ce jour à prendre 1000 réfugiés syriens, soit 4% des 26'000 qu'elle devrait en principe accueillir. Les États-Unis, qui ont réinstallé 1812 réfugiés syriens, et indiqué en prendre 10'000 autres, se sont engagés sur 7% des près de 171'000 considérés comme étant leur part.

Les Pays-Bas sont également arrivés à 7%, le Danemark à 15% et la Grande-Bretagne à 22%, selon l'Oxfam.

Question de choix

Selon Winnie Byanyima, directrice d'Oxfam, 'les pays à économie forte, avec des services performants et des infrastructures développées, peuvent immédiatement réinstaller 500'000 réfugiés, s'ils en font le choix'.

Mme Byanyima a souligné qu'au Liban, un habitant sur cinq est un réfugié syrien, et en Jordanie un sur dix.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.