Les ondes gravitationnelles d'Einstein détectées par des physiciens

Les ondes gravitationnelles d'Einstein détectées par des physiciens

Photo: Keystone

Des équipes internationales de chercheurs ont annoncé jeudi la première détection directe d'ondes gravitationnelles d'Einstein. Cette découverte scientifique est une avancée jugée majeure en physique qui ouvre une nouvelle fenêtre sur l'univers et ses mystères.

'Cette avancée marque la naissance d'un domaine de l'astrophysique entièrement nouveau, comparable au moment où Galilée a pointé pour la première fois son télescope vers le ciel' au XVIIe siècle, a souligné France Cordova, directrice de la Fondation nationale américaine des sciences (National Science Foundation), qui finance le laboratoire Ligo.

Cette découverte, qui couronne plusieurs décennies d'efforts, confirme une prédiction importante de la théorie de la relativité générale d'Albert Einstein de 1915. Ces ondes gravitationnelles ont été détectées aux Etats-Unis le 14 septembre dernier par les deux instruments de l'observatoire Ligo (Laser Interferometer Gravitational-wave Observatory), qui mesurent chacun 4 km.

L'équipe de scientifiques du Ligo travaille en étroite collaboration avec leurs collègues du Centre National de la recherche scientifique (CNRS) français, et avec les équipes du détecteur franco-italien Virgo, près de Pise en Italie, qui devrait être opérationnel à la fin de l'année.

Nouveau regard sur la voûte céleste

'Ce nouveau regard sur la voûte céleste va permettre d'approfondir notre compréhension du cosmos et conduire à des découvertes inattendues', a encore prédit Mme Cordova.

Les ondes gravitationnelles sont produites par de légères perturbations subies par la trame de l'espace-temps sous l'effet du déplacement d'un objet de grande masse. Elles se propagent à la vitesse de la lumière et rien ne les arrête. Cette théorie avancée par Einstein pourrait s'apparenter à la déformation d'un filet dans lequel on pose un poids, le filet étant l'espace-temps, ou aux ronds dans l'eau quand on y jette un caillou.

Le physicien Benoît Mours, du CNRS, a jugé cette avancée 'historique' car elle a permis 'de vérifier de façon directe l'une des prédictions de la théorie de la relativité générale'.

Pour cette découverte, les physiciens ont déterminé que les ondes gravitationnelles détectées en septembre sont nées pendant la dernière fraction de seconde avant la fusion de deux trous noirs, des objets célestes encore mystérieux résultant de l'effondrement gravitationnel d'étoiles massives. La possibilité d'une collision entre de tels corps avait été prédite par Einstein mais ce phénomène n'avait jamais été observé.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.