La tempête s'abat sur les îles britanniques et le directeur de l'EA

La tempête s'abat sur les îles britanniques et le directeur de l'EA

Photo: Keystone

Les pluies torrentielles et les vents violents de la tempête Frank se sont abattus mercredi sur le nord de la Grande-Bretagne. Une autre tempête, médiatique celle-ci, attendait le directeur de l'Agence pour l'Environnement (EA) de retour de vacances à la Barbade.

Frank, troisième intempérie en un mois, pourrait porter à trois milliards de livres sterling (4,4 milliards de francs suisses) le montant total des pertes subies par le Royaume-Uni en décembre, a indiqué l'Agence de l'environnement.

Dans le nord de l'Angleterre, 6700 propriétés sont sous les eaux et le niveau des crues atteint un record historique. Des milliers de personnes ont été évacuées et 500 soldats ont été appelés en renfort dont 1000 en réserve.

En Irlande, des routes sont inondées, des vols ont subi des retards et des milliers de personnes sont privées d'électricité, tandis qu'en Ecosse, selon les médias locaux, des habitants ont dû être évacués en canot pneumatique à Ballater. Et à Tadcaster, dans le Nord-Yorkshire, une partie d'un pont de pierre du XVIIIe siècle s'est effondrée mardi soir dans la rivière.

Bronzette coupable

Mercredi, c'est une autre tempête, médiatique cette fois-ci, qui s'est abattue sur le directeur de l'Agence pour l'Environnement (EA). Philip Dilley, 60 ans, est en effet sous le feu des critiques pour avoir passé les deux dernières semaines au soleil à la Barbade.

Il devait rencontrer des victimes des inondations mercredi juste après être rentré selon lui 'au bon moment'. Mais pour le Daily Mail, il faisait 'bronzette' aux Caraïbes 'pendant que la Grande-Bretagne subissait ses pires inondations depuis des décennies'.

'Très efficace'

De retour à son appartement londonien mercredi, et visiblement bronzé, M. Dilley a assuré aux journalistes que l'Agence pour l'Environnement avait été 'très efficace'. Cette dernière a été vivement critiquée ces derniers jours devant l'échec patent des défenses censées protéger villes et villages des inondations.

'Personne ne peut être partout en même temps', a ajouté cet ancien ingénieur pour se justifier d'avoir passé Noël à la Barbade. 'J'ai la chance d'avoir deux maisons donc je voyage entre les deux'.

Directeur à temps très partiel

Les journaux britanniques publiaient mercredi des photos d'une grande villa entourée de palmiers et dotée d'une piscine, qui serait celle de M. Dilley dans l'ancienne colonie britannique.

Selon la presse, M. Dilley gagne 100'000 livres par an (198'000 francs suisses) pour être à la tête de l'Agence pour l'environnement, un poste à temps partiel qui ne l'occupe que deux ou trois jours par semaine.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.