La messe du Souverain pontife attire la foule à La Havane

La messe du Souverain pontife attire la foule à La Havane

Photo: Keystone

Le pape François est allé dimanche à la rencontre du peuple cubain à La Havane. Lors d'une messe festive, il a appelé les chrétiens à 'servir' les plus fragiles tout en rejetant le 'service idéologique', avant de rencontrer notamment Fidel Castro.

Sur la place de la Révolution, haut lieu de la révolution cubaine, liesse et émotion étaient au rendez-vous. Parmi les centaines de milliers de personnes présentes, certaines ont raconté avoir passé la nuit sur place pour ne pas manquer l'arrivée du pape argentin et cette messe célébrée en musique sous un ciel voilé bienvenu en cet été caribéen.

Le Souverain pontife n'a pas abordé directement la situation politique sur l'île ou les relations avec les Etats-Unis. Il a toutefois lancé un appel pressant à un succès des négociations de paix entre le gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

'S'il vous plaît, nous n'avons pas le droit de nous permettre un échec de plus sur ce chemin de paix et de réconciliation', a-t-il lancé en référence aux pourparlers de paix en cours à Cuba. Il a exhorté les Colombiens à conclure 'une paix durable' après plus de 50 ans de conflit.

Servir son prochain

François a par ailleurs mis en garde les fidèles contre l'ambition personnelle et le chacun pour soi à une époque de transition économique et politique. 'Le chrétien est toujours invité à laisser de côté ses aspirations, ses envies, ses désirs de toute puissance, en voyant concrètement les plus fragiles', a-t-il déclaré.

A travers les tâches à assumer en tant que citoyens, 'servir signifie prendre soin de la fragilité (...) Les personnes en chair et en os, avec leur vie, leur histoire et spécialement leur fragilité, sont celles que nous sommes invités par Jésus à défendre, à protéger, à servir', a-t-il insisté.

Jorge Bergoglio a aussi rendu hommage à 'un peuple qui a le sens de la fête, de l'amitié, de la beauté (...) C'est un peuple qui a des blessures, comme tout peuple, mais qui sait ouvrir les bras, qui marche avec espérance, parce que sa vocation a de la grandeur', a-t-il lancé à la foule.

'Emotion unique'

'C'est un moment très émouvant', s'enthousiasmait Maria Eugenia Paulina Prieto. Agée de 56 ans, elle a participé au choeur 'Jean Paul II' qui a chanté durant la messe.

'C'est une émotion énorme, unique. On espère de sa Sainteté des changements spirituels', a confié pour sa part Sandro Garcia, fonctionnaire municipal de 39 ans.

Trois interpellations

Le Souverain pontife n'a pas semblé s'apercevoir d'un incident se déroulant dans son dos, juste avant la messe. Trois membres d'un groupe dissident cubain ont été arrêtés après avoir tenté de s'approcher du cortège papal en scandant 'Liberté, liberté!'.

En 1998, pour la venue de Jean Paul II à La Havane, un million de personnes s'étaient rassemblées au même endroit, contre 300'000 avec Benoît XVI 14 ans plus tard.

Rencontre avec Raul Castro

Dans la soirée de dimanche, après des vêpres dans la cathédrale, François devait échanger avec des jeunes Cubains, une génération en difficulté sur une île en pleine transition économique. Il devait les encourager à résister à la tentation de l'émigration massive.

François devait rencontrer aussi au palais présidentiel Raul Castro. Le dirigeant cubain devait le remercier pour son rôle de facilitateur dans le rapprochement en cours avec les Etats-Unis.

Il a discuté auparavant avec l'ancien président cubain Fidel Castro à son domicile de La Havane, au deuxième jour de sa première visite à Cuba.

La rencontre, de 30 à 40 minutes, a eu lieu à la mi-journée 'dans une ambiance très familière et informelle' en présence de l'épouse de l'ancien leader cubain et d'une délégation réduite du Saint Siège, a dit le porte-parole du Saint-Siège, le père Federico Lombardi.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.