Israël veut durcir la répression contre les extrémistes juifs

Israël veut durcir la répression contre les extrémistes juifs

Photo: Keystone

Le gouvernement israélien veut s'attaquer avec plus de fermeté aux extrémistes juifs. Une adolescente poignardée par un fanatique lors de la Gay Pride à Jérusalem a succombé dimanche à ses blessures, deux jours après un incendie qui avait tué un bébé palestinien.

Jeudi soir, un colon ultra-orthodoxe, Yishaï Shlissel, se ruait sur le défilé de la Gay Pride et blessait six personnes à coups de couteau. Parmi elles, une jeune femme de 16 ans admise à l'hôpital 'dans un état critique' est décédée dimanche en soirée. Elle avait reçu plusieurs blessures.

Vendredi matin, un bébé de 18 mois était brûlé vif dans l'incendie de sa maison dans le nord de la Cisjordanie occupée par d'autres extrémistes, présentés par les Palestiniens comme des colons. Ses deux parents et son frère de quatre ans sont 'entre la vie et la mort' dans des hôpitaux israéliens.

Ces deux attaques ont provoqué la consternation et une volée de critiques en Israël et dans les Territoires palestiniens, comme à l'étranger. De l'opposition israélienne à l'ONU en passant par les Palestiniens, tous ont dénoncé des violences rendues possibles par 'l'impunité' dont jouissent, selon différentes ONG, les colons et autres activistes d'extrême droite.

Détention sans charge

Face aux pressions, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a promis dimanche matin la 'tolérance zéro'. Son ministre de la Défense Moshé Yaalon a autorisé la mise en détention administrative, c'est-à-dire sans charge et pour une durée illimitée, d'extrémistes juifs.

Cette mesure, habituellement réservée aux Palestiniens, pourrait donner aux enquêteurs le temps de réunir les preuves nécessaires à un procès, expliquent les médias.

Les auteurs de l'incendie de la maison en Cisjordanie, trois jours après les faits, sont eux toujours en fuite et les Palestiniens placent peu d'espoir dans le gouvernement israélien. Les partisans de la colonisation et de la droite nationaliste et religieuse ont la haute main sur ce cabinet.

Armée visée par Abbas

Des échauffourées entre Palestiniens et armée et colons israéliens ont secoué vendredi et samedi la Cisjordanie, puis dimanche Jérusalem-Est. Un jeune Palestinien a succombé samedi à ses blessures.

Le chef de l'opposition travailliste, Isaac Herzog, a argué sur la radio publique que 'lorsque l'Etat israélien le veut, il peut lutter contre le terrorisme'.L'ancien président Shimon Peres a dénoncé indirectement la responsabilité de M. Netanyahu, devant un rassemblement samedi à Tel-Aviv.

'Celui qui incite à la haine contre les Arabes d'Israël, qu'il ne s'étonne pas lorsqu'on incendie des églises, des mosquées et qu'à la fin on brûle un bébé dans la nuit, 'a-t-il dit. Des déclarations de campagne de M. Netanyahu sur les Arabes israéliens avaient provoqué un tollé en mars.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.