Hommage à la police et revendications à travers le pays

Hommage à la police et revendications à travers le pays

Photo: Keystone

Plusieurs centaines de policiers se sont rassemblés en silence mardi devant les commissariats de France en solidarité avec leurs collègues attaqués au cocktail Molotov samedi en région parisienne. La police réclame davantage de moyens et plus de fermeté.

Outre ces hommages à l'appel de nombreux syndicats de policiers, deux organisations, dont le principal syndicat de la profession, Alliance, ont appelé à une 'grève du zèle' ou un 'service minimum', consistant à ne traiter que les affaires urgentes.

Les policiers agressés samedi à Viry-Châtillon effectuaient une mission de surveillance à proximité d'un feu de signalisation dans une cité difficile lorsqu'ils ont été la cible d'une 'dizaine' de personnes 'cagoulées', selon les autorités.

L'un des quatre policiers blessés, très grièvement brûlé lors de l'attaque, était toujours mardi sous coma artificiel mais dans un 'état stabilisé', selon une source judiciaire. Une collègue qui l'accompagnait dans la voiture a été aussi 'très grièvement brûlée aux mains et au visage'. Les deux autres agents attaqués ont pu quitter l'hôpital dès dimanche.

Malaise et colère

'On est en colère, on en a ras-le-bol. Il y a un malaise, quelque chose de cassé', plaidait mardi un policier réuni avec une soixantaine de personnes devant la préfecture de police de Paris.

A Evry, à moins de 20 km du lieu de l'agression, une centaine de fonctionnaires étaient également réunis en soutien à leurs collègues 'victimes d'un acte inqualifiable, odieux, intolérable', selon un représentant syndical, qui regrettait que les policiers soient 'en sous-effectif et mal équipés'.

A Toulouse, où 150 policiers s'étaient rassemblés devant l'hôtel de police, certains réclamaient l'élargissement de la légitime défense. 'Face à une voiture qui force un barrage, les gendarmes ont le droit de sortir leur arme avant et non seulement après', expliquait un syndicaliste en réclamant 'les mêmes règles pour tous'.

Selon une étude officielle publiée mardi, 12'388 policiers ont été blessés en 2015 en France, un nombre en très légère baisse (-0,6%) par rapport à 2014, avec toutefois davantage de blessés parmi ceux qui assurent des missions de sécurité publique.

Manuel Valls se veut rassurant

Mardi après-midi, le Premier ministre Manuel Valls a annoncé de nouvelles mesures destinées à mieux protéger les policiers intervenant en zone sensible, notamment la généralisation des tenues ignifugées et des dispositifs contre le caillassage des véhicules.

Une réflexion sera également conduite sur le possible usage des caméras mobiles en temps réel pour 'visualiser à distance les circonstances d'une intervention et les moyens à déployer en renfort le cas échéant', a déclaré Manuel Valls.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.