Gaza: Israéliens et Palestiniens ont commis des crimes de guerre en 2014

Gaza:  Israéliens et Palestiniens ont commis des crimes de guerre en 2014

Photo: Keystone

Israéliens et Palestiniens ont commis des crimes de guerre en juillet-août 2014, selon une commission d'enquête de l'ONU. Israël en a aussitôt rejeté les conclusions, accusant les enquêteurs de partialité.

'L'ampleur des dégâts et des souffrances à Gaza a été sans précédent et aura un impact sur les générations à venir', a déclaré lundi à Genève la présidente de la commission d'enquête, Mary McGowan Davis (Etats-Unis).

L'armée israélienne et les groupes palestiniens armés ont commis des abus susceptibles d'être assimilés à des crimes de guerre, lors de l'opération israélienne 'Bordure protectrice' à Gaza en juillet-août de l'an dernier, selon le rapport de la commission d'enquête créée par le Conseil des droits de l'homme en juillet dernier.

Le rapport dénonce l'impunité qui prévaut tant du côté israélien que palestinien sur les responsabilités de ces crimes. Lors des hostilités, 2251 Palestiniens sont morts, dont 1462 civils, et 11'231 blessés; 67 Israéliens ont été tués, dont six civils, et 1620 civils israéliens blessés.

Pas de crimes contre l'humanité

La commission met le doigt sur le fort accroissement de la puissance de feu israélienne à Gaza, avec plus de 6000 frappes aériennes et environ 50'000 obus tirés par les chars et l'artillerie. Les groupes armés palestiniens ont tiré de leur côté 4881 roquettes et 1753 mortiers en juillet et août.

Elle a également dénoncé le tir 'indiscriminé' de milliers de roquettes par les Palestiniens visant à 'répandre la terreur' parmi les civils israéliens. Interrogée sur de possibles crimes contre l'humanité commis par Israël, Mary McGowan Davis a affirmé qu'il s'agit de 'conjectures' et que la commission n'a pas ce type de preuves.

Impunité des deux côtés

Le rapport dénonce 'l'impunité qui prévaut à tous les niveaux' en ce qui concerne l'action des forces israéliennes et appelle Israël à 'renverser son bilan lamentable' pour poursuivre des responsables. Il déplore également que les autorités palestiniennes aient 'toujours échoué' à conduire devant la justice ceux qui violent les lois internationales.

Mme McGowan Davis a déclaré qu'elle a été 'très déçue' par l'absence de poursuites pénales dans l'enquête sur la mort de quatre enfants palestiniens tués le 16 juillet 2014 sur une plage de Gaza. L'enquête israélienne a conclu le 12 juin à une simple erreur dans la procédure d'identification des victimes.

Israël rejette, le Hamas salue

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu n'a pas tardé à réagir: 'Israël ne commet pas de crimes de guerre. Israël se défend contre une organisation terroriste qui appelle à sa destruction et qui elle-même commet de nombreux crimes de guerre', a-t-il dit à la Knesset (parlement israélien), selon ses services.

De son côté, le Hamas a 'salué' le rapport, y voyant une 'condamnation' d'Israël, selon Fawzy Barhoum, porte-parole du mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza. Il s'est toutefois gardé d'évoquer les soupçons de crimes de guerre également formulés à l'encontre des groupes armés palestiniens.

Israël n'a pas coopéré avec la commission qui n'a pas pu se rendre sur place. Les enquêteurs ont interrogé 280 personnes et reçu 500 communications écrites. Le débat sur le rapport est prévu lundi prochain au Conseil des droits de l'homme.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.