Fusillade: Obama parle aux familles de victimes - nouvelles tueries

Fusillade: Obama parle aux familles de victimes - nouvelles tueries

Photo: Keystone

Huit jours après la fusillade qui a endeuillé une université de l'Oregon, le président américain Barack Obama a rencontré vendredi à Roseburg les familles de victimes. Au même moment, deux autres campus universitaires ont été le théâtre de coups de feu mortels.

Les deux fusillades, l'une près de la Texas Southern University de Houston et l'autre à l'université de Northern Arizona, se sont produites à quelques heures d'intervalle, faisant un mort sur chaque site.

L'université texane, qui compte 9700 étudiants, a été fermée pendant plusieurs heures après la fusillade. Deux suspects ont été arrêtés.

Outre le mort, une autre personne a été blessée dans les coups de feu qui se sont produits dans une résidence attenante au campus. Selon la presse locale, la personne décédée est un étudiant et la personne blessée a été hospitalisée dans un état grave.

Quelques heures auparavant, une personne a été tuée et trois autres ont été blessées par un étudiant âgé de 18 ans qui a ouvert le feu à l'aide d'un pistolet sur le campus de l'université de Northern Arizona, à Flagstaff, avant d'être arrêté, rapporte la police locale.

'Nous allons devoir réagir ensemble'

Sur fond de débats tendus sur un renforcement de la réglementation sur les armes individuelles, Barack Obama s'est rendu peu après les deux incidents à Roseburg pour y rencontrer en privé les proches des victimes d'une autre fusillade, qui avait fait neuf morts il y a une semaine à l'université locale.

'Nous allons devoir réagir ensemble, en tant que pays, mais aujourd'hui, il s'agit des familles', a déclaré M. Obama à l'issue de cette réunion d'environ une heure dans le lycée de la ville. Ces derniers jours, il avait multiplié les appels à un durcissement de la législation sur les armes.

'Stay out of Roseburg'

L'annonce de la visite du président américain a suscité une polémique à Roseburg, bourgade à majorité républicaine, très religieuse et favorable aux armes à feu, secouée par cette tragédie au cours de laquelle un homme de 26 ans a tué neuf personnes avant de se suicider.

Les panneaux brandis le long de la route empruntée par le cortège présidentiel reflétaient ces tensions: 'Bienvenue à Roseburg', pouvait-on lire, mais aussi: 'Merci de nous laisser tranquille', ou encore 'Obama a tort'. Des habitants ont créé un groupe Facebook, intitulé 'Stay out of Roseburg' ('Ne venez pas à Roseburg').

Depuis le début de l'année, les Etats-Unis ont été le théâtre de 296 fusillades de masse en 274 jours, selon le site Shootingtracker.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.