Fermeture des écoles de Los Angeles: probablement « un canular »

Fermeture des écoles de Los Angeles: probablement

Photo: Keystone

Les menaces, qui ont privé d'écoles 640'000 enfants de Los Angeles mardi aux Etats-Unis, semblent relever d'un canular d'après les premiers éléments d'enquête, affirme un parlementaire. New York a également reçu des menaces similaires, mais les a jugées non sérieuses.

'L'enquête sur la menace reçue par le rectorat est toujours en cours. Les évaluations préliminaires laissent penser qu'il s'agissait d'un canular pour perturber les écoles des grandes villes', a écrit sur son compte Twitter le représentant démocrate Adam Schiff.

Contrairement à New York, le rectorat de Los Angeles a fait un choix opposé et a qualifié les menaces de 'crédibles', optant pour 'une abondance de précaution': 1000 écoles ont été fermées et 640'000 élèves renvoyés chez eux.

La décision rarissime intervient moins de deux semaines après la fusillade de San Bernardino, à une heure de Los Angeles. C'est l'attentat le plus meurtrier aux Etats-Unis depuis le 11 septembre 2001, avec 14 victimes et 22 blessés.

Ecoles passées au peigne fin

'Au vu des circonstances passées, je ne pouvais pas prendre de risques, qu'il s'agisse d'un élève ou du personnel' des écoles, a justifié le directeur du rectorat de Los Angeles Ramon Cortines.

Les menaces ne visaient pas seulement 'une école, deux écoles ou trois écoles. Il s'agissait de nombreuses écoles, qui n'ont pas été spécifiquement identifiées', a précisé M. Cortines. Le rectorat reçoit 'tout le temps' des menaces, mais cette fois 'il s'agit d'une menace rare', a-t-il insisté.

Les forces de l'ordre et dirigeants des écoles de Los Angeles ont passé au peigne fin chaque établissement pour y déceler d'éventuels sacs à dos ou des paquets suspects évoqués dans les emails de menaces reçus par plusieurs membres du conseil d'administration des écoles.

D'après plusieurs médias américains, dont le Los Angeles Times, l'adresse IP des emails serait localisée à Francfort, en Allemagne. Le représentant démocrate Brad Sherman a fait valoir sur la chaîne CNN que 'la personne qui a proféré les menaces se revendique (comme) un djihadiste extrémiste musulman' prêt à 'mettre en oeuvre de terribles actions' avec '32 complices'.

Il aurait aussi affirmé détenir 'du gaz neurotoxique'. Des détails qui selon M. Sherman 'manquent de crédibilité'.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.