EI: «Jihadi John» disait penser au suicide en 2010

EI:

Photo: Keystone

Le Londonien qui serait 'Jihadi John', le mystérieux bourreau masqué de l'Etat islamique (EI), a déclaré en 2010 qu'il songeait au suicide, selon le 'Mail on Sunday'. Il dénonçait la pression des services britanniques de sécurité.

Identifié par des médias et des experts comme l'homme qui apparaît sur plusieurs vidéos de décapitation d'otages occidentaux publiées par l'EI, Mohammed Emwazi a écrit en 2010, dans un courriel à un journaliste du 'Mail on Sunday' publié samedi par le journal, qu'il se sentait 'comme un mort vivant'.

Cage, une organisation de défense des droits des musulmans qui a son siège à Londres, affirme que le service de renseignements intérieur britannique MI5 a surveillé l'homme à partir de 2009 au moins et que cette pression a contribué à sa radicalisation. Selon Cage, le MI6 aurait vainement tenté de le recruter.

Le premier ministre britannique David Cameron et un ancien chef du service de renseignements extérieur MI6 ont fermement rejeté cette thèse. Le maire de Londres Boris Johnson a accusé Cage d''apologie du terrorisme'.

'Dormir pour toujours'

Dans son courriel au journaliste, Mohammed Emwazi racontait qu'il avait vendu son ordinateur portable en ligne à quelqu'un qui, selon lui, s'est ensuite révélé appartenir au service de sécurité britannique.

'Je n'ai pas peur qu'ils me tuent. J'ai plutôt peur de prendre un jour autant de pilules que je pourrai afin de pouvoir dormir pour toujours! Je veux seulement échapper à ces gens!', écrivait le jeune Londonien, selon le 'Mail on Sunday'.

Par ailleurs, selon des informations de presse, Mohammed Emwazi avait des contacts avec les responsables d'attentats manqués commis en 2005 dans les transports en commun londoniens, deux semaines après des attentats-suicide qui avaient fait 52 morts dans la capitale.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.