Deux réunions à Genève pour préparer les pourparlers syriens

Les villes assiégées au coeur de réunions sur la Syrie à Genève

Photo: Keystone

L'accès aux villes assiégées en Syrie a marqué mercredi à Genève deux réunions préparatoires aux pourparlers du 25 janvier. L'émissaire de l'ONU a attiré l'attention des cinq grands du Conseil de sécurité, alors qu'une aide doit à nouveau parvenir dans 3 villes jeudi.

Staffan de Mistura, de retour de la région, a souligné 'l'importance cruciale pour les Syriens de voir un accès durable et sans entrave à un certain nombre de régions assiégées' avant les négociations de Genève, selon sa porte-parole. Ses interlocuteurs des Etats-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne, de la Russie et de la Chine lui ont promis d'oeuvrer pour soutenir cette mesure dans les prochains jours.

A la demande des Etats-Unis, une première rencontre avait rassemblé auparavant M. de Mistura, le vice-ministre russe des affaires étrangères Guennadi Gatilov et la secrétaire d'Etat adjointe américaine pour le Proche-Orient Anne Patterson. 'C'était une très bonne rencontre', a dit à l'ats un membre de la mission américaine à l'ONU à Genève, sans donner davantage de détails.

Les pourparlers de Genève doivent réunir dès le 25 janvier les représentants du régime et de l'opposition syrienne. Mais le coordinateur de l'opposition, Riad Hijab, avait exigé en début de semaine l'arrêt des bombardements étrangers pour entamer les discussions. Il a déploré mardi un 'recul très net' des Etats-Unis dans le dossier syrien.

Mercredi, plusieurs organisations de rebelles ont appelé à un accès humanitaire pour les personnes vulnérables et la fin des attaques contre les civils. Ils en ont fait une condition de leur participation aux négociations de Genève.

Camions attendus à Madaya

Un premier convoi d'aide humanitaire de l'ONU, du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et du Croissant-Rouge syrien (SARC) a pu atteindre lundi Madaya, assiégée par le régime syrien, et Al Foua et Kefraya, encerclées par les rebelles. Plusieurs autres camions sont attendus jeudi, a indiqué mercredi une porte-parole du Bureau de l'ONU pour la coordination des Affaires humanitaires (OCHA), Linda Tom.

Ils seront suivis 'd'une troisième distribution dans les prochains jours', a-t-elle dit. L'aide pour Zabadani, localité rebelle proche de Madaya, sera prévue plus tard. De son côté, le CICR a appelé à mettre un terme 'immédiatement et en même temps' au siège dont sont victimes plus de 400'000 personnes au total dans plusieurs régions du pays.

A Madaya, 'les conditions sont parmi les pires que j'ai pu constater durant mes cinq ans dans le pays. Cela ne peut pas durer', a dit mercredi la cheffe de la délégation du CICR en Syrie Marianne Gasser. Quelque 40'000 personnes étaient menacées par la famine depuis le dernier accès à la ville en octobre et des négociations sont en cours pour évacuer environ 400 personnes qui ont besoin d'un traitement médical spécial.

Plus de 260'000 tués

A Homs, dans le centre du pays, les rebelles présents dans le dernier quartier qu'ils contrôlent vont remettre une partie de leurs armes lourdes, a indiqué mercredi le gouverneur de la province. Un accord conclu avec le régime début décembre, supervisé par l'ONU, avait permis la fin des bombardements du régime sur Al Waer et la sortie de plusieurs centaines de rebelles de ce secteur.

'Lors de la deuxième étape (de l'accord), qui durera jusqu'à début février, la moitié des armes moyennes et lourdes seront remises aux autorités', a affirmé à l'AFP le gouverneur de la province de Homs, Talal Barazi.

Le conflit syrien a fait plus de 260'000 tués au total et des millions de personnes ont fui les violences.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.