Début de la canonisation des 1,5 million de victimes arméniennes

L'Allemagne reconnaît le

Photo: Keystone

Le président allemand Joachim Gauck a condamné le massacre de 1,5 million d'Arméniens par les forces turques de l'Empire ottoman il y a 100 ans en utilisant pour la première fois le mot 'génocide', que Berlin a longtemps évité. En Arménie, les cérémonies ont débuté.

Joachim Gauck a utilisé ce mot, rejeté par la Turquie, dans un discours à l'occasion des célébrations du centenaire du début de ce que la plupart des chercheurs occidentaux et une vingtaine de pays considèrent comme un génocide visant la population arménienne.

Ancien pasteur originaire de l'ex-RDA, M. Gauck a en outre laissé entendre que l'Allemagne elle-même pourrait porter une part de responsabilité dans ces meurtres de masse en raison de sa conduite pendant la Première Guerre mondiale.

Responsabilité partagée

'Dans ce cas, nous, Allemands, devons encore nous confronter au passé, à la question de savoir si, en fait, il y a une responsabilité partagée, peut-être même une complicité dans le génocide des Arméniens', a-t-il dit. Il a ajouté que des troupes allemandes avaient été impliquées dans les préparatifs et même la mise en oeuvre des déportations.

Il a aussi rappelé les mots du chancelier allemand de l'époque, Bethmann Hollweg, en décembre 1915 : 'Notre objectif unique est de maintenir la Turquie à nos côtés jusqu'à la fin de la guerre, peu importe que les Arméniens soient anéantis ou non'.

Ne pas froisser Ankara

L'Allemagne a longtemps refusé d'employer le terme de génocide pour le massacre des Arméniens par crainte de froisser la Turquie et les 3,5 millions d'Allemands d'origine turque ou de Turcs qui résident sur son sol.

Le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, a déclaré pour sa part au Parlement à Ankara que 'ceux qui font des déclarations de haine contre la Turquie se retrouveront honteux et devront rendre des comptes devant l'histoire et l'humanité'.

Canonisation des victimes

En Arménie, la cérémonie de canonisation des 1,5 million de victimes du génocide a eu lieu jeudi, à la veille des commémorations officielles du centenaire des massacres. L'office a été célébré en plein air à Etchmiadzine, à 20 km d'Erevan, par le chef de l'Eglise arménienne, Karékine II, devant un édifice datant du IVe siècle considéré comme la cathédrale chrétienne la plus ancienne au monde.

Les victimes du génocide sont désormais reconnues comme saints par l'Eglise arménienne.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.