Début à Sotchi de la rencontre entre Poutine et Kerry

Photo: Keystone

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a eu mardi à Sotchi une discussion 'franche' avec Vladimir Poutine au sujet de l'Ukraine, de la Syrie et de l'Iran. Moscou a de son côté dénoncé les pressions et les sanctions américaines visant à influencer sa politique.

'La Russie est prête à une coopération constructive avec les Etats-Unis (...) cependant, cette coopération n'est possible que sur une base juste et équitable, sans tentative de diktat ou de contrainte', a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Moscou a 'souligné que la crise actuelle des relations avec Washington n'est pas de notre responsabilité'. 'Il a été noté que la poursuite d'une confrontation, avec des tentatives de pression sur nous par le biais des sanctions, est un chemin qui ne mène nulle part', a également martelé le ministère.

'Entretenir le dialogue'

Lorsque la diplomatie russe a diffusé son communiqué au ton dur, le secrétaire d'Etat américain était toujours en discussions avec le président russe, qui le recevait dans sa résidence d'été à Sotchi, sur les bords de la mer Noire. Après Sotchi, M. Kerry doit participer mercredi à Antalya, en Turquie, à un sommet de l'OTAN.

'Discussions franches' avec le président Vladimir Poutine et le chef de la diplomatie russe Sergueï 'Lavrov, a-t-il dit. Il a aussi souligné le 'besoin urgent' pour Moscou et Washington de trouver une position commune sur les grands dossiers mondiaux.

M. Kerry a, par ailleurs, assuré que si la trêve est respectée dans l'Est de l'Ukraine, les sanctions américaines et européennes, prises contre la Russie pour son rôle présumé dans la crise ukrainienne, pourront être levées.

Première visite depuis 2013

Le secrétaire d'Etat américain est le plus haut responsable américain reçu en Russie depuis le début de la crise en Ukraine à la fin 2013.

Depuis la conclusion des accords de Minsk II, à la mi-février, Washington reproche aux Russes de ne pas avoir retiré de l'est de l'Ukraine leur matériel lourd, comme des batteries antiaériennes, des chars et de l'artillerie.

Syrie et Iran

Si actuellement aucun signe manifeste d'une évolution de la position russe n'est constaté dans les dossiers ukrainien et syrien, les autorités américaines espèrent que les récents revers militaires de l'armée syrienne pourraient conduire Moscou, allié au régime de Bachar al-Assad, à changer d'attitude.

Le communiqué russe n'a en revanche pas fait état de discussions sur la question du nucléaire iranien.

Timide détente

Après plus d'un an de tensions, les signes timides d'une possible détente entre la Russie et les Etats-Unis commencent toutefois à intervenir. 'Nous pourrions beaucoup coopérer ensemble si nous trouvions un intérêt' commun, a affirmé un responsable du département d'Etat aux journalistes présents dans l'avion qui les emmenaient avec lui vers Sotchi.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a de son côté jugé mardi 'extrêmement positive' la venue de John Kerry.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.