Convoi en Syrie: les images de l'ONU montrent une attaque aérienne

Convoi en Syrie: les images de l'ONU montrent une attaque aérienne

Photo: Keystone

Les images satellites sur l'attaque du convoi humanitaire le 19 septembre en Syrie accréditent la thèse d'une frappe aérienne. A Alep, elles montrent l'étendue des dégâts récents, a dit mercredi à Genève ONUSAT.

'Nous avons établi que c'était une frappe aérienne', a expliqué devant la presse un conseiller de recherche du programme de l'ONU pour les images satellites (ONUSAT), Lara Bromley. La taille et le type de cratère permettent de confirmer que l'attaque a bien été menée par des avions.

L'ONU a jusqu'à présent été très prudente dans son évaluation des responsabilités et des modalités de cette attaque. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon avait annoncé la semaine dernière une commission d'enquête. 'Nous n'avons pas encore reçu de demande' d'images dans ce cadre, a affirmé le chef d'ONUSAT Einar Bjorgo. Plusieurs commissions d'enquête ont bénéficié ces dernières années du matériel du programme.

Rapport attendu

Plus d'une trentaine de camions transportant de l'aide de l'ONU et du Croissant-Rouge syrien (SARC) acheminaient le 19 septembre des secours à 78'000 personnes à Orum al-Koubra lorsque leur convoi a été attaqué dans la soirée. L'entrepôt du Croissant-Rouge et 18 des 31 camions avaient été brûlés et détruits. Le responsable local du Croissant-Rouge figurait parmi les victimes.

A Alep, les images du 18 septembre au 1er octobre montrent également l'impact des raids depuis la fin de la trêve, même si l'évaluation est difficile. 'Des zones bombardées précédemment ont expérimenté un grand nombre de dommages additionnels', selon M. Bromley.

Une analyse précise de la part de destruction à Alep cette année sera établie dans les prochaines semaines. Il est toutefois beaucoup plus ardu de constater les dommages sur les hôpitaux que dans les premières années du conflit, dit M. Bromley. Pour des raisons de sécurité, les données sur la situation des centres de santé sont moins accessibles.

Utilisées à Mossoul

ONUSAT diffuse à la demande d'agences onusiennes ou d'Etats des images tirées de satellites commerciaux, jamais militaires, ou de dons d'Etat. Elle dispose de plusieurs sources qui permettent de prévenir d'éventuelles fraudes sur la date ou d'autres éléments de ce matériel, a précisé M. Bjorgo.

Les images sont surtout utilisées dans les situations de désastres naturels et pour évaluer celle de déplacés dans des conflits. Plusieurs organisations de l'ONU ont notamment demandé récemment des clichés de la région de Mossoul pour préparer le dispositif d'accueil des centaines de milliers déplacés attendus lorsque l'offensive pour reprendre la ville à l'Etat islamique (EI) aura été lancée.

Le recours à ces images peu coûteuses, 'très efficaces' et accessibles rapidement, 'devrait devenir la règle, non l'exception', dit M. Bjorgo. 'Nous brisons les tabous' liés à l'utilisation de ces clichés dans les conflits, affirme-t-il également.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.