Catastrophes: Haïti est le pays le plus durement touché

Catastrophes: Haïti est le pays le plus durement touché

Photo: Keystone

Les désastres naturels ont fait 1,35 million de tués entre le milieu des années 90 et 2015. Environ 90% des victimes vivent dans des pays pauvres ou à revenus moyens. Haïti est le plus touché et l'ONU juge 'scandaleux' le manque de préparation avant l'ouragan Matthew.

Selon rapport publié jeudi à Genève qui porte sur plus de 7000 catastrophes naturelles, Haïti a totalisé le plus grand nombre de victimes. Le récent ouragan constitue un 'exemple tragique' du lien entre pauvreté et décès liés aux désastres, a souligné devant la presse le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon pour la réduction des risques de désastres, Robert Glasser.

Il a considéré comme 'scandaleux' le manque de préparation face à l'ouragan et a appelé à une action commune pour l'investissement dans la prévention.

Haïti est également au premier rang pour le nombre de décès par rapport à l'importance de la population. Au total, avec plus de 229'000 tués, il devance l'Indonésie (plus de 180'000 tués) et la Birmanie (plus de 139'000).

Ces trois pays ont été confrontés aux catastrophes les plus importantes de ces vingt dernières années: le tremblement de terre de 2010 en Haïti, le tsunami de décembre 2004 dans l'océan Indien et la tempête Nargis (2008).

Parmi les autres Etats dans les dix plus atteints, figurent la Chine, l'Inde, le Pakistan, la Russie, le Sri Lanka, l'Iran et le Venezuela. Des pays à revenus élevés se trouvent dans les vingt premiers. L'Italie devance le Japon, la France, l'Espagne ou l'Allemagne.

Ban Ki-moon évoque 'une condamnation accablante d'inégalité' dans le document du Bureau de l'ONU pour la réduction des risques de désastres (UNISDR). 'Les pays à hauts revenus subissent d'énormes pertes économiques dans les désastres, mais les habitants des pays à bas revenus les paient leurs vies', a-t-il dit dans un message à l'occasion de la Journée internationale pour la réduction des désastres.

Hausse des catastrophes climatiques

Il appelle les gouvernements à collaborer avec la société civile et le secteur privé pour passer de la gestion des désastres à celle des risques.

Parmi le type de désastres, plus de 50% des décès sont dus aux tremblements de terre et aux tsunamis. De peu devant les catastrophes climatiques qui ont elles plus que doublé en 40 ans. Celles-ci ont atteint près de 6400 désastres sur les 20 dernières années, soit 85% du total des catastrophes.

Mais les désastres climatiques ont provoqué le plus grand nombre de décès sur quinze des vingt dernières années et ils ont un impact dévastateur sur les conflits ou les migrations. Et ces décès sont inférieurs au total probable parce que beaucoup ne sont pas considérés comme tels.

La majorité des décès liés au réchauffement ont été constatés là aussi dans les pays pauvres ou à revenus intermédiaires. Alors que ces Etats 'contribuent le moins aux émissions de gaz à effet de serre', a souligné M. Glasser.

Plusieurs pays salués

En moyenne, plus de 320 personnes sont décédées par désastre dans les pays pauvres. Ce chiffre est 'cinq fois supérieur' à celui des pays riches où la prévention est plus importante, a indiqué la cheffe du Centre de recherche sur l'épidémiologie des désastres, responsable avec l'UNISDR du rapport. Les coûts d'un désastre constituent dans les pays pauvres 20% des dépenses sociales par an.

A l'occasion de la Journée internationale pour la réduction des désastres, l'UNISDR a aussi lancé une campagne sur les réseaux sociaux pour atteindre 20 millions de personnes. Cette mesure doit permettre de les sensibiliser au premier objectif du cadre adopté par les Etats membres à Sendai, la réduction importante du nombre de victimes d'ici 2030.

L'UNISDR a salué les efforts du Nigeria contre Ebola, d'une ONG indienne pour des logements résistants aux tremblements de terre et aux tempêtes en Inde et au Népal et des Fidji après la tempête qui les a touchées il y a quelques mois. Elle a aussi mis en évidence les mesures de prévention aux courants chauds au Pérou et les mises en garde lancées par une plateforme météorologique gérée par une institution australienne.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.