Brésil: nouveau recours en justice des avocats de Lula

Brésil: nouveau recours en justice des avocats de Lula

Photo: Keystone

L'institut Lula a déposé dimanche un nouveau recours en justice pour permettre à l'ancien président brésilien, soupçonné de corruption, d'exercer sa fonction de ministre. Il dénonce une campagne d''intimidation' à l'encontre de Luiz Inacio Lula da Silva.

'Lula n'est accusé d'aucun crime, même après avoir été soumis à un véritable déballage et à des intimidations ces derniers mois', a critiqué la fondation basée à Sao Paulo (sud-est du Brésil). L'institut fustige aussi le 'harcèlement médiatique' de l'ex-dirigeant de gauche.

La nomination de l'ex-président Lula comme chef de cabinet (quasi-Premier ministre) de la présidente Dilma Rousseff a été suspendue vendredi par un juge. Les avocats de Lula et six juristes ont déposé un recours pour faire annuler cette suspension, décrétée par un juge du Tribunal suprême fédéral (STF), annonce l'institut Lula.

Pas avant le 30 mars

Le STF, plus haute instance judiciaire du Brésil, est le seul habilité pour confirmer ou annuler cette suspension provisoire. En raison des vacances de Pâques, il ne se réunira pas avant le 30 mars, laissant donc Lula à la merci de la justice ordinaire, qui pourrait entre-temps ordonner son placement en détention provisoire.

Dans son communiqué, l'institut Lula, une fondation qui se consacre à la coopération du Brésil avec l'Afrique et l'Amérique latine, affirme que 'Lula a été victime d'une série de pratiques arbitraires' de la justice. Il évoque 'la demande violente, arbitraire, inconstitutionnelle et criminelle de détention provisoire de l'ex-président par le ministère public de Sao Paulo'.

'Complicité honteuse'

Il fustige aussi le 'harcèlement médiatique de Lula, par le biais de fuites illégales, de déclarations irresponsables des autorités, de fausses dénonciations et de l'intrusion systématique dans son intimité, avec la complicité honteuse des médias et d'agents factieux de l'Etat'.

Icône de la gauche brésilienne, Lula est au centre de la tempête politico-judiciaire qui secoue le Brésil. L'ex-président est accusé par le juge Sergio Moro de blanchiment d'argent et de corruption dans le cadre du vaste scandale autour du groupe pétrolier d'Etat Petrobras.

La présidente Dilma Rousseff, dont Lula a été le mentor, est quant à elle sous la menace d'une procédure de destitution pour maquillage présumé des comptes publics. Celle-ci est actuellement étudiée par une commission de députés.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.